Swatch commence à voir le bout du tunnel en Chine

AWP

1 minutes de lecture

Le groupe horloger anticipe un effet rebond une fois que la situation liée à la pandémie sera revenue à la normale.

L’évolution des affaires en Chine, où la pandémie de coronavirus a débuté, commence à s’améliorer lentement pour le groupe horloger Swatch qui observe actuellement une baisse du chiffre d’affaires généralisée dans la plupart de ses marchés. L’entreprise anticipe cependant un effet rebond une fois que la situation sera revenue à la normale.

«On commence à voir le bout du tunnel en Chine», a déclaré jeudi le directeur général Nick Hayek, lors de conférence de presse de bilan, organisée sous forme de vidéoconférence en raison du Covid-19.

Les boutiques ont été rouvertes dans l’Empire du Milieu et le patron espère un retour à la normalité d’ici la fin du mois d’avril dans ce marché clé. La Grande Chine, y compris Hong Kong et Taiwan, engrange en effet presque 36% du chiffre d’affaire du conglomérat.

En revanche, la fermeture des boutiques concerne maintenant l’Europe et les Etats-Unis.

Le patron du numéro un mondial de l’horlogerie a également souligné que la pandémie nécessitait la prise de mesures exceptionnelles. «Nous prévoyons un arrêt de deux à trois semaines des usines et boutiques», a ajouté M. Hayek. Ce délai pourra être étendu en fonction de l’évolution de la situation.

Pour le moment, le groupe ne prévoit pas la fermeture «complète» des sites de production en Suisse mais la réduction des temps de travail des collaborateurs.

Des licenciements ne sont pas envisagés par le propriétaire d’Omega étant donné sa solidité financière.

Lors de cette conférence, la première montre connectée, la T-Touch connect solar de Tissot a également été présentée officiellement. Son lancement mondial en Suisse, initialement prévu en juin pourrait cependant être reporté en raison de la pneumonie virale.

En 2019, le propriétaire de Certina a vu son bénéfice net reculer de 13,7% à 748 millions de francs, Hong Kong, marché primordial pour l’industrie des montres helvétiques, ayant freiné la marche des affaires.

Le chiffre d’affaires pour sa part s’est replié de 2,7% à 8,24 milliards. Hors effets de change, la baisse s’est limitée à 1,8%.

A lire aussi...