Pétrole: le rééquilibrage du marché, une «cible mouvante» pour l’AIE

AWP

1 minutes de lecture

La demande mondiale a augmenté de 3,4 millions de barils par jour (mb/j) en juillet sur un mois.

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a confirmé mercredi ses prévisions de la demande pétrolière mondiale mais aussi souligné les incertitudes liées à la pandémie, qui font du rééquilibrage du marché une «cible mouvante» pour les producteurs.

La demande mondiale a augmenté de 3,4 millions de barils par jour (mb/j) en juillet sur un mois, avec l’assouplissement des restrictions liées à la pandémie et les vacances d’été dans l’hémisphère nord qui ont soutenu une progression de l’activité dans les transports.

«Toutefois, une seconde vague de cas de Covid-19 et de nouvelles restrictions de mouvement sont maintenant en train de ralentir la croissance de la demande», note l’AIE dans son rapport mensuel.

Elle a malgré tout confirmé ses prévisions pour 2020 avec une demande mondiale estimée à 91,7 mb/j, en chute de 8,4 mb/j par rapport à l’an dernier. L’AIE s’attend à un rebond de 5,5 mb/j l’an prochain, à 97,2 mb/j.

Malgré ces confirmations, l’agence, qui conseille des pays développés sur leur politique énergétique, juge une nouvelle fois que les perspectives restent «fragiles» dans le contexte actuel.

«La trajectoire des infections au Covid-19 est fortement orientée à la hausse dans de nombreux pays et les gouvernements resserrent les restrictions de mouvement de leurs citoyens», note l’AIE.

«Cela fait certainement douter de la solidité de la reprise économique anticipée et donc de la perspective pour la croissance de la demande pétrolière», selon elle.

Alors que les pays producteurs tentent de resserrer l’écart entre l’offre et la demande afin de soutenir les prix, l’AIE évoque une «cible mouvante».

«Le long terme offre peu d’encouragement pour les producteurs; la courbe montre des cours qui n’atteindront pas les 50 dollars le baril avant 2023», prévient-elle.

A lire aussi...