Nestlé et Starbucks finalisent leur accord de coopération

AWP

1 minutes de lecture

Ce rapprochement permet au géant de l’alimentaire de se renforcer dans le secteur du café où il est déjà fortement présent grâce à ses marques Nescafé et Nespresso.

Nestlé et Starbucks ont annoncé mardi la finalisation de leur accord de coopération dévoilé début mai. Ce rapprochement permet au géant de l’alimentaire de se renforcer dans le secteur du café où il est déjà fortement présent grâce à ses marques Nescafé et Nespresso.

L’accord entre les deux multinationales leur permettra de collaborer sur la gamme existante de cafés proposés par le groupe de Seattle.

«Avec Starbucks, Nescafé et Nespresso nous réunissons les marques de café les plus emblématiques au monde», a affirmé le directeur général de Nestlé, Mark Schneider, cité dans un communiqué. Ce dernier s’attend à pouvoir «saisir d’autres opportunités de croissance».

Selon le patron de Starbucks, Kevin Johnson, l’accord «représente une étape majeure dans la croissance» du groupe.

Pour le géant veveysan, la coopération avec Starbucks renforce sa présence en Amérique du Nord dans les domaines du café torréfié et moulu, ainsi que portionné. Il donne aussi un plus grand accès à Starbucks aux supermarchés et autres enseignes.

L’activité rachetée génère des ventes annuelles de 2 milliards de dollars et devrait contribuer positivement au bénéfice par action et aux objectifs de croissance organique, selon le groupe.

Environ 500 employés de Starbucks rejoindront Nestlé aux Etats-Unis et en Europe, principalement à Seattle et à Londres. Cette nouvelle activité sera pilotée depuis le siège vaudois de Nestlé.

Dans le détail, l’accord englobe les marques de café et de thé Starbucks, Seattle’s Best Coffee, TeavanaTM/MC, Starbucks VIA Instant, Torrefazione Italia coffee et K-Cup. Il exclut cependant les boissons prêtes à la consommation et les ventes de produits à l’intérieur des cafés Starbucks.

Acquisition jugée positive malgré quelques craintes

Avec 7,2 milliards de francs déboursés, il s’agit de la troisième plus grosse acquisition pour Nestlé, fait remarquer Andrew Wood, analyste chez Bernstein. Dans l’ensemble, la transaction est jugée positive avec une utilisation des liquidités «saine et solide». Certaines craintes subsistent toutefois chez des investisseurs.

En effet, Nestlé distribuera des marques concurrentes des siennes, sur lesquelles son influence ne sera que limitée. Cette transaction accroît également l’exposition de Nestlé au marché américain en difficulté, où la croissance de Starbucks a déjà ralenti. Le parcours plutôt chaotique de Nestlé en matière de fusions et acquisitions soulève des doutes quant au succès opérationnel, énumère l’analyste.

Ce dernier reconnaît cependant à l’acquisition une importance stratégique, dans la mesure où elle renforce l’accent mis par Nestlé sur le segment du café, un vecteur clé de croissance. L’intégration des marques renommées de Starbucks dans le réseau de distribution du groupe devrait permettre de générer une solide hausse des ventes.

L’analyste estime que l’opération devrait contribuer à hauteur de 2% aux chiffre d’affaires du groupe et les ventes de café devraient progresser de 15% à 17 milliards de francs. Nestlé devrait recouvrer ses dépenses en capital d’ici les cinq prochaines années, projette M. Wood.

A la clôture, l’action Nestlé a lâché 0,3% à 81,26 francs tandis que le SMI a fini sur un repli de 0,16%.

A lire aussi...