Les directeurs financiers suisses optimistes pour l’avenir

AWP

1 minutes de lecture

Selon un sondage mené par le cabinet de conseil Deloitte auprès de 125 d’entre eux, deux tiers anticipent une embellie conjoncturelle au cours des douze prochains mois.

Les directeurs financiers des entreprises helvétiques envisagent l’avenir avec optimisme. Selon un sondage mené par le cabinet de conseil Deloitte auprès de 125 d’entre eux, deux tiers anticipent une embellie conjoncturelle au cours des douze prochains mois.

Après la chute brutale de l’année dernière, les directeurs financiers anticipent désormais un redressement significatif. Seuls 13% s’attendent désormais à une évolution négative de l’économie suisse, révèle l’enquête publiée jeudi. Lors du dernier pointage en automne, moins de 30% tablaient sur une évolution positive.

Le potentiel d’une reprise durable de l’économie suisse au cours des douze prochains mois est certainement présent, même si des points d’interrogation subsistent derrière ces espoirs, estime le chef de Deloitte Suisse, Reto Savoia. Et de citer des retards dans la vaccination ou la propagation de nouveaux variants du virus, susceptibles de compromettre la reprise attendue.

Plus de deux sondés sur trois (69%) prévoient également une évolution financière positive pour leur propre société. Cependant, seul un tiers des entreprises a renoué avec le niveau d’avant la crise en termes de ventes, et la moitié d’entre elles envisage la possibilité d’un retour à la normale au plus tôt l’année prochaine.

La pandémie de coronavirus reste un facteur d’incertitude majeur pour les directeurs financiers et le plus grand risque commercial, selon les auteurs de l’étude.

La crise sanitaire a exacerbé d’autres risques, comme ceux liés aux perturbations de la chaîne d’approvisionnement, à la numérisation et à la cybersécurité. A cela s’ajoutent les préoccupations liées à une réglementation plus stricte, à un contexte de taux d’intérêts défavorable et à l’instabilité des marchés financiers.

Pour ce qui est des conséquences à long terme de la pandémie, la plupart des sondés estime que le contact avec la clientèle est voué à un avenir plus numérique, quand bien même le télétravail ne devrait pas devenir la norme. Les experts de Deloitte sont convaincus que les entreprises devront s’appuyer davantage sur des solutions flexibles et ciblées afin de trouver le bon équilibre entre le télétravail et l’interaction avec le client.

A lire aussi...