Le patron de SIX envisage des rachats en Asie et aux Etats-Unis

AWP

1 minutes de lecture

«Nous souhaitons devenir un acteur de premier plan et nous nous intéressons au marché global», a expliqué le patron, Jos Dijsselhof, en interview avec la NZZ.

Après la reprise de la Bourse madrilène BME (Bolsas y Mercados Españoles) en 2020, le groupe financier SIX pourrait mettre le cap sur l’Asie et les Etats-Unis, où les opportunités d’acquisition sont plus nombreuses. «Nous souhaitons devenir un acteur de premier plan et nous nous intéressons au marché global», a expliqué le patron, Jos Dijsselhof, en interview jeudi avec la NZZ.

La société zurichoise se concentre notamment sur l’Asie afin d’y soutenir ses clients. Sur ce continent, les rachats sont envisageables dans le domaine traditionnel de la Bourse, dans celui des données ou dans le numérique, a précisé le directeur général de SIX, opérateur de la Bourse suisse.

Les Etats-Unis sont également dans le viseur. Des premières discussions sont en cours avec des sociétés américaines dans l’optique de mettre en place un réseau de Bourses numériques. En Europe, les possibilités sont restreintes. «Il reste encore quelques petites Bourses indépendantes», note M. Dijsselhof, soulignant l’importance de la reprise de BME.

Au-delà du négoce traditionnel, la vente de données constitue actuellement un secteur très porteur, qui gagne en importance. SIX ambitionne non seulement de livrer ses informations de manière brute, mais également de leur fournir une analyse, notamment par le biais de l’intelligence artificielle, précise le dirigeant.

Le négoce d’actifs numériques constitue l’autre priorité pour le groupe financier, qui a lancé sa plateforme dédiée SDX. Les échanges sur cette Bourse sont gérés par la technologie de la chaîne de blocs (blockchain), un registre virtuel réputé inviolable.

A lire aussi...