La SEC opposée à la reprise d'une partie du Chicago Stock Exchange

AWP

1 minutes de lecture

Les régulateurs ont estimé que le Chicago Stock Exchange n’était pas parvenu à démontrer que le changement d’actionnariat répondait à la réglementation s’appliquant aux marchés.

Le gendarme américain de la Bourse, la SEC, s’est opposé jeudi au rachat d’une petite Bourse d’actions de Chicago, le Chicago Stock Exchange (CHX), par un groupe d’investisseurs incluant la société chinoise Chongqing Casin.

Deux ans après l’annonce de l’opération, les régulateurs ont estimé que «CHX n’était pas parvenu à démontrer» que le changement d’actionnariat «répondait à la réglementation s’appliquant aux marchés», selon un document diffusé sur le site internet de la SEC.

Des parlementaires américains avaient officiellement fait part l’été dernier de leur réticence face à l’arrivée d’une entreprise chinoise parmi les plus importants actionnaires d’une place boursière américaine. Donald Trump s’était aussi ému de l’opération lors de sa campagne présidentielle.

La décision de la SEC intervient au moment où les relations commerciales entre Washington et Pékin se tendent.

Le président américain Donald Trump, dénonçant des échanges commerciaux inéquitables, a de nouveau agité mardi la menace de sanctions commerciales contre la Chine. Pékin a dès le lendemain mis en garde contre «tout signal d’unilatéralisme ou de protectionnisme» de la part de Washington.

Selon la proposition de CHX, Chongqing Casin aurait acquis 29% de la Bourse de Chicago. Le fils du président du conseil d’administration de Chongqing Casin, citoyen américain, aurait lui acheté 11% de la société. Le reste aurait été réparti entre divers groupes et particuliers américains.

La SEC a estimé n’avoir pas reçu suffisamment d’informations prouvant que ces derniers n’étaient pas liés d’une façon ou d’une autre à Chongqing Casin.

Elle a également fait valoir qu’elle ne pouvait pas être sure de pouvoir accéder aux comptes de l’actionnaire chinois si elle en avait besoin.

Face à la méfiance des autorités, trois autres groupes chinois devant initialement investir dans l’opération avaient jeté l’éponge à l’automne dernier.

Fondée en 1882, la Bourse d’actions de Chicago se revendique comme l’une des plus anciennes du pays. Elle gère, selon l’agence Bloomberg, moins de 1% des échanges d’actions aux Etats-Unis.