La BCE relève comme promis ses rachats de dette face aux tensions obligataires

AWP

1 minutes de lecture

Entre le 11 et le 17 mars, l’institut a racheté pour 21,1 milliards d’euros d’obligations publiques et privées sur le marché, soit une accélération de 50% par rapport à la semaine précédente.

La Banque centrale européenne a nettement accéléré le rythme de ses rachats de dette, comme annoncé récemment, pour soutenir l’économie face à la hausse des taux obligataires, selon un communiqué publié lundi.

Entre le 11 et le 17 mars, l’institut a racheté - net des échéances - pour 21,1 milliards d’euros d’obligations publiques et privées sur le marché, soit une accélération de 50% par rapport à la semaine précédente qui totalisait 14 milliards d’euros d’achats.

Il s’agit du plus gros montant hebdomadaire «sur les trois derniers mois» et le «second plus élevé depuis le pic de la pandémie», a tweeté Frederik Ducrozet, stratégiste chez Pictet Wealth Management.

Le cumul des rachats nets depuis le lancement du programme d’urgence contre la pandémie (PEPP), il y a un an, atteint ainsi 913,6 milliards d’euros, pour une enveloppe totale de 1.850 milliards à engager d’ici fin mars 2022.

La BCE a été amenée à gonfler le rythme de ses interventions sur le marché de la dette face à l’envolée des taux obligataires aux Etats-Unis causée par des craintes de surchauffe de l’économie.

Cette hausse, répliquée dans une moindre mesure sur les emprunts en zone euro, menace par ricochet de renchérir le coût du crédit pour les entreprises et ménages, au moment où les économies encaissent le choc de restrictions prolongées face à la pandémie tandis que la campagne de vaccination peine à monter en puissance.

Dans ce contexte, «nous ne pouvons pas être complaisants» et la BCE reste prête à «ajuster tous (ses) instruments, le cas échéant» pour aider l’activité et in fine faire remonter l’inflation vers le score idéal proche de 2%, a souligné sa présidente Christine Lagarde dans une note de blog publiée lundi sur le site de l’institut.

A lire aussi...