La Banque d’Angleterre maintient son taux directeur à 0,1%

AWP

1 minutes de lecture

L’institut monétaire continue de tabler sur un rebond de la croissance en 2021, mais a ouvert la voie à un renforcement de son programme anticrise.

La Banque d’Angleterre a annoncé jeudi le maintien de son taux d’intérêt directeur à 0,1%, un plancher historique, ainsi que de son programme de rachat d’actifs massif, face à la crise économique sans équivalent provoquée par le coronavirus.

L’institut monétaire continue de tabler sur un rebond de la croissance en 2021, mais a ouvert la voie à un renforcement de son programme anticrise si «les conditions de marché se détériorent significativement», réfléchissant notamment à la possibilité d’instaurer un taux directeur négatif.

Le Comité de politique monétaire (MPC) s’est vu présenter la manière dont «un taux d’intérêt négatif pourrait être implanté efficacement», détaille le communiqué, à propos d’une hypothèse évoquée depuis plusieurs mois et à laquelle les responsables de l’institution étaient réticents.

«Schématiquement, si nous avons un Brexit sans accord, des taux d’intérêt négatifs et une augmentation du QE (le programme de rachat d’actifs) sont presque certains», a réagi Naeem Aslam, analyste pour Avatrade, précisant que c’était la raison de la baisse de la livre.

Alors qu’elle était relativement stable face à l’euro et au dollar avant l’annonce de la décision, la devise britannique perdait vers 11H30 GMT (13H30 à Paris), 0,36% face à la devise européenne et 0,46% face au billet vert.

Les négociations commerciales autour du Brexit, actuellement dans l’impasse, ont été peu évoquées par la Banque d’Angleterre, le MPC se bornant à signaler que des participants au marché «avaient également rapporté de nouvelles inquiétudes» à ce sujet.

Les négociations sur la relation post-Brexit entre le Royaume-Uni et l’Union européenne se sont fortement envenimées la semaine dernière, lorsque le gouvernement de Boris Johnson a confirmé sa volonté de modifier l’accord sur le Brexit conclu l’an passé, en violation du droit international. L’initiative a fait bondir les Européens qui ont menacé le Royaume-Uni d’une action en justice.

A lire aussi...