Glencore rabote son objectif de production de charbon, miné par une grève

AWP

1 minutes de lecture

Sur les neuf premiers mois de l’année, la production de charbon s’est déjà étiolée de 20% en comparaison annuelle, à 83,5 millions de tonnes.

L’extracteur et négociant en matières premières Glencore a revu à la baisse de 4% à environ 120 millions de tonnes son objectif de production de charbon pour l’année en cours, invoquant une grève persistante sur son site colombien de Cerrejón. Les autres ambitions d’extraction et de traitement du mastodonte zougois sont reconduites.

Sur les neuf premiers mois de l’année, la production de charbon s’est déjà étiolée de 20% en comparaison annuelle, à 83,5 millions de tonnes. A l’exception du zinc, en hausse de 6% à 860’100 tonnes, tous les autres métaux et minerais, de même que les hydrocarbures, sont en retrait.

La direction rappelle dans son rapport de production avoir fait face sur le deuxième trimestre à des fermetures de sites imposées par des autorités locales pour freiner l’essor de la pandémie de Covid-19.

Le cuivre a fondu de 8% à 934’700 tonnes et le cobalt - handicapé par des processus de maintenance sur le site congolais de Mutanda - de 37% 21’600 tonnes.

Les intéressements dans le ferrochrome ont aussi chuté de 37% à 651’000 tonnes, en raison notamment des mesures de confinement en Afrique du Sud au deuxième trimestre. Glencore souligne toutefois qu’à fin septembre, quatre de ses cinq fonderies fonctionnaient à nouveau.

Les nouveaux forages en Guinée équatoriale et au Cameroun n’ont que partiellement compensé la suspension printanière de l’extraction pétrolière au Tchad. La production d’hydrocarbures accuse encore un retard de 8% en comparaison annuelle à 3,4 millions de barils.

A lire aussi...