Glencore: le MPC enquête sur des reproches de corruption au Congo

AWP

1 minutes de lecture

L’investigation porte sur des manquements de Glencore, qui n’aurait pas pris les mesures organisationnelles pour empêcher des cas de probable corruption dans l’Etat africain.

Le Ministère public de la Confédération (MPC) a ouvert une enquête pénale contre le géant minier zougois Glencore. Les investigations portent sur des soupçons de corruption en République démocratique du Congo (RDC).

Le MPC en a informé Glencore vendredi, a indiqué le groupe dans un communiqué publié en début de soirée. L’enquête porte sur des manquements de Glencore, qui n’aurait pas pris les mesures organisationnelles pour empêcher des cas de probable corruption dans l’Etat africain.

Glencore a assuré qu’il collaborerait avec le MPC durant la procédure. Le groupe zougois a été régulièrement sur la sellette ces dernières années en Afrique et ailleurs pour divers manquements présumés, en matière environnementale, de conditions de travail ou de corruption notamment.

Fin 2017, l’ONG Public Eye avait déposé une dénonciation pénale auprès du MPC concernant les activités de Glencore en RDC. La démarche portait sur «des indices de malversations entourant l’acquisition de mines».

Public Eye relevait que Glencore avait acquis dès 2007 des participations dans des mines de cuivre et de cobalt en RDC valant des milliards de dollars, s’alliant notamment avec un homme d’affaires israélien et négociant en diamants pour négocier avec les autorités congolaises. Glencore avait rejeté à plusieurs reprises ces accusations.

Contacté, le MPC a indiqué vendredi que suite à l’examen de cette dénonciation, une procédure pénale pour corruption de personnalités officielles étrangères a été ouverte contre inconnu en mai 2019. Et courant juin 2020, une deuxième procédure a été ouverte «dans ce même contexte thématique», cette fois contre Glencore International.

Un porte-parole du groupe minier n’a pas souhaité faire de commentaire vendredi soir. En décembre 2019, le Serious Fraud Office (SFO) britannique avait également ouvert une enquête contre Glencore pour soupçons de corruption.

A lire aussi...