Des actifs privés pour traverser la crise

Communiqué, Schroders

1 minutes de lecture

«Selon l’Institutionnal Investor Study, les investisseurs cherchent à intégrer des actifs privés dans leur portefeuille», a déclaré Georg Wunderlin, Global Head of Private Assets de Schroders.

Les investisseurs, inquiets de l'impact de la crise du coronavirus sur l’activité économique, privilégient les actifs privés. Leur but est ainsi de diversifier leur portefeuille.

Près de quatre investisseurs sur cinq estiment que les retombées négatives du ralentissement économique mondial sur la performance de leur portefeuille se ressentiront très fortement dans les 12 prochains mois. L'année précédente, ils étaient «seulement» environ la moitié de ce taux à s’inquiéter de telles retombées (voir graphique). C’est l’une des conclusions de l’étude «Global Investor Study 2020» de Schroders. Environ 650 investisseurs institutionnels en charge de 25,9 milliards de dollars d'actifs ont été interrogés.

Pourcentage de investisseurs interrogés qui s'attendent à un impact négatif sur la performance de leur portefeuille en raison d'un ralentissement économique

Selon l’étude, les investisseurs interrogés souhaitaient augmenter leur part d'actifs privés dans leur portefeuille de 14,1% au cours des 12 prochains mois (contre 12,8% l’année précédente). Cet objectif est motivé, pour 46% d’entre eux, par des raisons de diversification. Le private equity, l’infrastructure et la dette privée constituent les trois principaux segments d’investissement. Leur part dans le portefeuille, au cours des trois prochaines années, devrait augmenter.

Selon 71% des investisseurs, la Covid-19 les a incités à s’intéresser à des actifs sous-évalués. Un quart d’entre eux recherchent des investissements alternatifs et dans des actifs privés, dans le but de réduire leur exposition aux actifs cotés en bourse. Dans leur choix de gestionnaires d'actifs privés, les investisseurs sont attentifs à trois aspects: la performance historique de l’investissement, les coûts et l'approche d’investissement.

«La crise précédente a montré que les actifs privés généraient des rendements d’investissement, sur le long terme, supérieurs à la moyenne», a déclaré Georg Wunderlin, Global Head of Private Assets de Schroders. «Selon l’Institutionnal Investor Study, les investisseurs cherchent à intégrer des actifs privés, dans leur portefeuille, notamment pour des raisons de diversification. Dans la période actuelle de forte incertitude des perspectives économiques, les investisseurs réalisent la valeur des actifs privés.»

A lire aussi...