BHP investit 3 milliards dans le minerai de fer australien

AWP

1 minutes de lecture

Le groupe anglo-australien entend ainsi répondre à la demande croissante de la Chine pour une matière première plus riche.

Le géant minier anglo-australien BHP a annoncé son feu vert à un investissement de 2,9 milliards de dollars américains (2,87 milliards de francs) pour la production de minerai de fer dans le nord-ouest de l’Australie. BHP entend ainsi répondre à la demande croissante de la Chine pour une matière première plus riche.

La Chine, premier consommateur mondial de matières premières, est à la recherche de matériaux de meilleure qualité au moment où elle cherche à réduire la pollution. Le minerai de fer entre dans la composition de l’acier et Pékin vise à améliorer l’efficacité de son industrie sidérurgique. Le projet South Flank produira du minerai de fer enrichi à 62% et la mine remplacera progressivement celle de Yandi, qui arrive au terme de sa vie économique, a dit le groupe jeudi dans un communiqué.

La production de la mine située dans la région de Pilbara, en Australie-Occidentale, doit commencer en 2021 et devrait durer plus de 25 ans. «Le projet améliorera la qualité moyenne de la production de minerai de fer de BHP en Australie-Occidentale et nous permettra de bénéficier des cours plus élevés des produits de meilleure qualité», a déclaré Mike Henry, président du département australien des minerais de BHP.

Au total, le projet South Flank pèsera 3,4 milliards de dollars d’investissements, le restant du capital devant provenir de partenaires plus petits. Fortescue, un concurrent de BHP, a annoncé il y a quelques semaines un investissement de 1,27 milliard de dollars pour son projet Eliwana, également dans la région de Pilbara, afin de passer à la production de minerai enrichi à 60%.

Fortescue, l’un des quatre plus grands exportateurs mondiaux de minerai de fer, produisait plutôt jusqu’ici des minerais pauvres.
D’après le journal Australian Financial Review, Rio Tinto, autre géant mondial du secteur minier, envisage d’injecter plus de deux milliards de dollars dans son projet Koodaideri, dans la même région. Les trois projets visent à remplacer des mines épuisées et non à augmenter les exportations de minerai de fer.

A lire aussi...