Les matières premières portent le résultat de BHP Billiton

AWP

1 minutes de lecture

Le numéro un mondial avait annoncé qu’il porterait à son bilan une charge de 1,8 milliard de dollars. A long terme, la baisse du taux d’imposition des entreprises aura un impact positif sur ses résultats américains.

Le groupe minier anglo-australien BHP Billiton a annoncé mardi un bénéfice net semestriel de 2,02 milliards de dollars grâce à la hausse des cours des matières premières, mais ce résultat est plombé par une lourde charge découlant d’une réforme des impôts aux Etats-Unis.

Entre juillet et décembre, le bénéfice net as reculé de 37% par rapport aux 3,20 milliards de dollars engrangés durant la même période de l’année précédente.

La semaine dernière, le numéro un mondial avait annoncé qu’il porterait à son bilan une charge de 1,8 milliard de dollars due à une réforme des impôts aux Etats-Unis. A long terme, avait-il cependant ajouté, la baisse du taux d’imposition des entreprises aurait un impact positif sur ses résultats américains.

«Les cours plus élevés des matières premières et une robuste performance opérationnelle ont débouché sur un flux de trésorerie de 4,9 milliards de dollars», a déclaré le directeur général du groupe Andrew Mackenzie.

«Nous nous sommes servis de cette trésorerie pour réduire encore davantage notre dette et augmenter les retours pour les investisseurs via des dividendes plus élevés», a-t-il ajouté. «Nous sommes déterminés à maximiser les flux de trésorerie, à maintenir la discipline et augmenter notre valeur pour les actionnaires».

Le bénéfice sous-jacent, indice préféré par le numéro un mondial et qui exclut les éléments exceptionnels, est ressorti à 4,05 milliards de dollars, soit un bond de 25% sur un an. Ce chiffre est cependant en deçà des attente des analystes.

Le groupe a annoncé un dividende de 55 cents américains, soit une hausse de 40 cents.

BHP a également inscrit une charge de 210 millions de dollars américains pour faire face aux répercussions du drame du barrage de Samarco au Brésil.

En novembre 2015, la rupture de ce barrage (copropriété de BHP et du brésilien Vale), constitué de déchets de minerai de fer, avait entraîné une gigantesque coulée de boue, qui avait fait 19 morts et provoqué un drame écologique majeur.

Des «progrès significatifs» ont été réalisés dans les programmes de régénération environnementaux et sociaux, poursuit le géant minier.

Son projet de désengagement de ses actifs américains dans le pétrole et le gaz est en bonne voie, ajoute BHP. Les premières offres sont attendues entre avril et juin.

La compagnie minière avait investi 20 milliards de dollars en 2011 dans les plateformes américaines de schiste avant d’être laminée par la dégringolade des prix.

Le groupe anglo-australien satisfait ainsi la requête d’un important actionnaire, le fonds new-yorkais Elliott Advisors, qui ne cessait de réclamer une telle restructuration.

Le titre a clôturé en baisse de 0,41% à 31,30 dollars à Sydney (19,9 euros) avant l’annonce des résultats.