Allemagne: le moral des investisseurs au plus haut depuis 2004

AWP

1 minutes de lecture

L’indice ZEW atteint 71,5 points en août, bondissant de 12,2 points et prolongeant son élan, après avoir plongé à -49,5 points en mars.

Le moral des investisseurs allemands a atteint en août son plus haut niveau depuis 2004, nourrissant les espoirs d’une reprise économique cet été après le choc de la crise sanitaire mondiale, selon le baromètre mensuel ZEW publié mardi.

Cet indicateur particulièrement instable atteint 71,5 points, bondissant de 12,2 points, prolongeant son élan, après avoir plongé à -49,5 points en mars, plombé par la pandémie.

Il atteint son plus haut niveau depuis janvier 2004, alors à 72,9 points.

Ce score va à l’encontre des prévisions des analystes sondés par Factset qui tablaient, eux, sur un ZEW en légère baisse à 58,0 points, contre 59,3 en juillet.

«L’espoir dans une reprise économique rapide est devenue de nouveau fort», résume Achim Wambach, le président de l’institut ZEW.

L’indicateur avait légèrement reculé en juillet, perdant 4,1 points, après trois mois de fort rebond.

Dans la zone euro, l’indice atteint 64,0 points, en hausse de 4,4 par rapport au mois de juillet.

La composante de l’indicateur mesurant la confiance dans la situation actuelle reste toutefois dans le rouge en Allemagne, à -81,3 points, en légère baisse (-0,4) sur un mois.

Le pays reste marquée par le plongeon historique de son PIB de 10% d’avril à juin, s’expliquant par les mesures de restriction contre la pandémie de COVID-19 en vigueur de mars à mai.

Mais la première économie de la zone euro redémarre désormais : la production industrielle et les exportations allemandes ont ainsi connu une nouvelle poussée significative au mois de juin, bondissant respectivement de 8,9% et de 14,9% sur un mois.

«Les signes d’une forte reprise économique dès cet été continuent de se multiplier, accompagnés par un sentiment encore optimiste sur les marchés financiers», analyse Uwe Burkert, économiste en chef pour la banque LBBW.

La crise devrait toutefois continuer de peser sur l’économie allemande. Même si un sursaut est attendu au troisième trimestre, elle devrait perdre 6,3% de PIB sur l’année, selon des estimations du gouvernement.

A lire aussi...