Pétrole: baisse surprise des stocks US

AWP

1 minutes de lecture

Les réserves américaines de brut ont baissé de 2 millions de barils au 25 septembre, là où les analystes avaient prévu une hausse de 1 million de barils.

Les stocks commerciaux de pétrole brut aux Etats-Unis ont reculé pour la troisième semaine consécutive, déjouant les attentes, dans un marché toujours déprimé par la faiblesse de la demande.

Selon un rapport hebdomadaire publié mercredi par l’Agence d’information sur l’Energie (EIA), les réserves américaines de brut ont baissé de 2 millions de barils (MB) au 25 septembre, à 492,4 MB, là où les analystes avaient prévu une hausse de 1 MB.

Ce recul s’explique en partie par l’accélération de la cadence des raffineries américaines, qui ont fonctionné à 75,8% de leurs capacités, soit une hausse d’un point de pourcentage par rapport à la semaine précédente.

Après le passage des ouragans Laura et Marco dans le golfe du Mexique fin août, l’activité de raffinage est progressivement repartie à la hausse dans le pays.

«C’est quelque chose dont on a besoin, car il faut d’importantes réserves d’essence», juge Phil Flynn de Price Futures Group, à l’approche des fêtes de fin d’année où la demande en carburant connaît généralement un pic.

Autre facteur ayant contribué au recul des stocks de brut: la hausse des exportations, passées de 3,02 millions de barils par jour (mbj) à 3,51 mbj.

«Une partie des barils qui étaient bloqués pendant les ouragans ont commencé à être expédiés», explique M. Flynn.

«Le pétrole américain est particulièrement désiré dans de nombreuses régions du monde. Même la Chine semble vouloir en acheter», ajoute l’expert.

Les importations ont, elles, reculé, de 5,17 mbj à 5,12 mbj.

Si les stocks de brut ont baissé sur l’ensemble du pays, ceux de Cushing, dans l’Oklahoma, où se situent les gigantesques cuves stockant le pétrole WTI coté à New York, ont augmenté de 1,8 MB, à 56,1 MB.

Les réserves d’essence ont pour leur part légèrement augmenté, de 700.000 barils, alors que les analystes avaient anticipé une baisse de 1,7 MB.

Celles de produits distillés (fioul de chauffage et gazole) ont en revanche chuté de 3,2 MB bien plus que les 1,2 MB attendus.

La production américaine de brut s’est maintenue à 10,7 mbj.

Côté demande, la consommation de produits pétroliers aux Etats-Unis s’est établie à 17,9 mbj en moyenne au cours des quatre dernières semaines.

Cela représente une baisse de 14,4% par rapport à la même période l’an dernier.

En légère hausse avant la publication du rapport, le baril new-yorkais de WTI pour livraison en novembre accentuait ses gains et s’échangeait à 39,70 dollars (+1,04%) vers 15H30 GMT.

A lire aussi...