Les stocks de pétrole américains remontent fortement

AWP

1 minutes de lecture

Lors de la semaine achevée le 25 octobre, les réserves commerciales de brut ont augmenté de 5,7 millions de barils, là où les analystes anticipaient une hausse plus modeste de 500’000 barils.

Les stocks de pétrole brut sont repartis à la hausse la semaine dernière aux Etats-Unis après un recul surprise la semaine précédente, selon un rapport de l’Agence américaine d’information sur l’Energie (EIA) publié mercredi.

Lors de la semaine achevée le 25 octobre, les réserves commerciales de brut ont augmenté de 5,7 millions de barils pour s’établir à 438,9 millions, là où les analystes interrogés par Bloomberg anticipaient une hausse plus modeste de 500’000 barils.

L’augmentation des stocks de brut est notamment due à la poussée des importations, qui se sont établies à 6,70 millions de barils par jour (mbj) contre 5,86 mbj la semaine précédente.

«Le fort rebond des importations canadiennes et une nouvelle extraction des réserves stratégiques américaines ont contribué à la hausse des réserves de brut», note Matt Smith de ClipperData.

Les Etats-Unis ont en effet retiré 700.000 barils de leurs réserves stratégiques la semaine dernière après avoir déjà prélevé 2,2 millions de barils au cours des deux semaines précédentes.

Les exportations ont elles un peu reculé, à 3,33 mbj contre 3,68 mbj la semaine précédente.

Alors que la saison de maintenance se poursuit, l’activité des raffineries est légèrement remontée, ces dernières fonctionnant à 87,7% de leurs capacités contre 85,2% la semaine précédente. Elle reste cependant inférieure aux niveaux observés début septembre où elle était montée à plus de 95%.

Les réserves d’essence ont de leur côté baissé de 3,0 millions de barils, soit un peu plus que la baisse de 2,3 millions de barils anticipée par les analystes.

Les stocks d’autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole) ont, eux, diminué de 1,0 millions de barils, là où les experts anticipaient un recul de 2,4 millions de barils.

Déjà en recul avant la diffusion du rapport, le cours du baril de WTI coté à New York poursuivait sa baisse, perdant 1,4% à 54,76 dollars vers 15H15 GMT.

La production s’est de son côté maintenue à son niveau record, les Etats-Unis extrayant en moyenne 12,6 mbj.

Egalement scrutés puisqu’ils servent de référence à la cotation du pétrole à New York, les stocks de brut WTI du terminal de Cushing (Oklahoma, sud) ont augmenté de 1,5 million de barils, à 46,0 millions de barils.

La demande en énergie reste elle solide: au cours des quatre précédentes semaines, les Etats-Unis ont au total consommé en moyenne 21,3 mbj de produits raffinés, en hausse de 3,4% par rapport à la même période de l’an dernier.

A lire aussi...