Le pétrole aborde la fin de semaine en marche arrière

AWP

1 minutes de lecture

Le Brent affiche un recul de 1,65% à 55,49 dollars vers 11h45, alors que le WTI redescend sous le seuil des 53 dollars, en baisse de 1,42%.

Les prix du pétrole reculaient vendredi, le marché reprenant son souffle après un début d’année en fanfare tandis que la pandémie de COVID-19 continue de planer sur la demande actuelle et future d’or noir.

Vers 10H45 GMT (11H45 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars perdait 1,65% à Londres par rapport à la clôture de la veille, à 55,49 dollars.

Le baril américain de WTI pour le mois de février abandonnait de son côté 1,42% à 52,81 dollars.

«Les mauvaises nouvelles sur le front du coronavirus suscitent l’incertitude» des investisseurs, a expliqué Eugen Weinberg, analyste de Commerzbank.

Plus de 30 millions de cas de contamination au nouveau coronavirus ont été officiellement recensés en Europe, selon un comptage réalisé par l’AFP à partir de bilans fournis par les autorités de santé vendredi à 08H00 GMT.

La résurgence du virus frappe aussi la Chine, qui avait largement maîtrisé l’épidémie mais a recensé jeudi son premier décès dû au COVID-19 depuis mai.

«Malgré la correction de ces dernières heures, le scénario reste favorable au pétrole, qui est toujours placé dans un mouvement positif à long terme», nuance Carlo Alberto De Casa, d’Activtrades.

Dans son rapport mensuel publié jeudi, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) n’a pas révisé à la baisse ses prévisions de rebond de la demande cette année.

De plus, Joe Biden a dévoilé jeudi un nouveau plan de relance d’urgence de 1.900 milliards de dollars, censé sortir les Etats-Unis de leur pire crise depuis les années 30 et dont devrait profiter la demande pétrolière.

Cette semaine aura par ailleurs conduit les cours des du Brent et du WTI à des plus hauts depuis la fin du mois de février, à respectivement 57,42 dollars et 53,93 dollars le baril mercredi.

A lire aussi...