Yova lance une application permettant de suivre les réductions de CO2

Communiqué, Yova

1 minutes de lecture

«Aujourd’hui, les investisseurs peuvent suivre, au quotidien, l’effet positif de leurs investissements», explique Tillmann Lang, co-fondateur et CEO de Yova.

  • Les mesures d'impact sont un nouvel élément clé dans la transparence des investissements durables
  • Chaque investisseur privé reçoit un rapport journalier sur les effets du réchauffement climatique, de l'énergie, du genre et de l’exploitation forestière durable

Grâce à la nouvelle application de Yova, les investisseurs, qui aiment savoir comment travaille leur argent, ont désormais la possibilité de consulter en un clin d’oeil l’effet de leurs placements. Les informations apportées portent sur les économies de CO2 des entreprises dans lesquelles le client investit, la proportion de femmes occupant des postes de direction dans le portefeuille, la proportion d’électricité utilisée par les entreprises d’énergie renouvelable ou encore la superficie de forêt détenue par les sociétés. Toutes les données disponibles représentent un élément complémentaire important dans l’investissement à impact. «Nos développeurs ont mis au point ces nouveaux paramètres en 6 mois à peine, permettant ainsi à nos clients d’accéder à un niveau de transparence supérieur dans leurs investissements durables», explique Dr Tillmann Lang, fondateur et CEO de Yova, l’une des principales plateformes d’investissement à impact en Suisse.

Avec un portefeuille à hauteur de 20’000 francs, une cliente de Yova, âgée de 37 ans, a permis d’économiser 2701 kg de CO2 depuis le début de l’année. Cela correspond à 10’773 km en voiture non utilisés. Toutes les nouvelles données disponibles sont affichées sur le site ou via la nouvelle application de Yova. Avec les quelques 2830 kWh produite à partir d’énergies renouvelables, elle aurait ainsi pu charger son téléphone portable plus de 250’000 fois. «Contrairement à ce que proposent les autres fonds durables traditionnels, nos clients ont toujours pu sélectionner les entreprises durables à intégrer dans leur portefeuille», poursuit Tillmann Lang. «Aujourd’hui, ils peuvent également suivre, au quotidien, l’effet positif de leurs investissements». Outre le climat, le genre, l’évolution du système énergétique et l’exploitation forestière durable, ils ont également accès aux dernières nouvelles sur les entreprises dans lesquelles ils sont investis, ainsi que leurs bénéfices, leur solde du compte et leurs frais.

Au cours de ce premier semestre, Yova a doublé sa base de clients. Pouvoir accéder à l’investissement durable digitalisé, avec un montant d’investissement minimum de 2000 francs seulement, séduit quelques 65% des nouveaux clients.

Yova investit uniquement dans des sociétés cotées en bourse, dans les grandes et moyennes capitalisations, allant des fabricants d’éoliennes aux producteurs d’alternatives à la consommation de viande ou encore de Tesla. Le portefeuille final se compose d’environ 40 actions, réparties dans différents secteurs, pays, devises et tailles d’entreprises. En plus des actions, chaque stratégie contient également des obligations d’État. Selon le montant de l’investissement, les coûts varient entre 0,6% et 1,2%. Il s’agit d’un «all-in fee», c’est-à-dire qu’il n’y a pas d’autres frais cachés tels que les frais de transaction ou de clôture.

A lire aussi...