Wendel se recentre sur l’Europe et l’Amérique du Nord

AWP

1 minutes de lecture

Parallèlement, la société d’investissement va proposer une réduction du dividende au niveau de celui de 2019 et les dirigeants vont renoncer à une partie de leur salaire.

La société d’investissement Wendel a annoncé vendredi qu’elle allait concentrer ses équipes en Europe et en Amérique du Nord et réduire son dividende et les salaires des dirigeants à la suite du COVID-19.

La société, présente en France, au Royaume-Uni, en Amérique du Nord, au Luxembourg, à Singapour et au Maroc va concentrer ses équipes sur ses trois principales implantations, «Paris, Luxembourg et New York» et «focaliser les recherches de nouvelles opportunités sur l’Europe et l’Amérique du Nord», a annoncé André François-Poncet, président du directoire de Wendel, cité dans un communiqué.

Par ailleurs, Wendel va proposer une réduction du dividende au niveau de celui de 2019 tandis que les dirigeants vont renoncer à une partie de leur salaire.

«Malgré les bons résultats 2019, et afin de faire preuve de modération en matière de dividende, le groupe proposera lors de son assemblée générale du 2 juillet 2020 une réduction du dividende au niveau de celui versé en 2019, «soit 2,80 euros par action» contre 2,90 euros par actions initialement annoncé mi-mars.

Par ailleurs, «dans une démarche de solidarité», les dirigeants André François-Poncet et David Darmon «renonceront à 25% de leur rémunération fixe sur trois mois pour l’année 2020 et les membres du Conseil de surveillance renonceront également à 25% de leur rémunération sur trois mois», selon un communiqué du groupe.

Les sommes issues de ces réductions de rémunération seront destinées à financer «des initiatives de solidarité et de mécénat», détaille la société.

Wendel a enregistré une baisse de 2,5% de son chiffre d’affaires et une chute de 28,9% de la valeur de son portefeuille lors du premier trimestre, ses sociétés ayant été affectées «à des degrés divers» par les mesures de confinement.

A lire aussi...