UBS AM: alliance pour la sécurité alimentaire

Communiqué, UBS AM

2 minutes de lecture

UBS Asset Management et le fonds de pension PGGM annoncent une collaboration avec l’Université de Harvard et l’Université de Wageningue aux Pays-Bas.


Dinah Koehler, Executive Director, Sustainable Investment Research, UBS Asset Management.

UBS Asset Management annonce le lancement d'un projet de recherche sponsorisé avec Wageningen University & Research (WUR) aux Pays-Bas et Harvard University pour développer un cadre de mesure de l'impact et une méthodologie pour la sécurité alimentaire, deuxième objectif de développement durable (ODD) de l’ONU. Le but de la recherche est de construire des modèles évolutifs qui peuvent être appliqués aux actions cotées d'entreprises internationales qui vendent des technologies pouvant améliorer les rendements agricoles et l'accès à des aliments nutritifs.

Le développement du cadre est en partenariat entre le gestionnaire de fonds de pension néerlandais PGGM et UBS Asset Management. UBS AM a lancé le projet de recherche il y a deux ans et demi, après que son équipe d'investissement durable ait été sélectionnée par PGGM pour gérer un mandat de 1,5 milliard d'euros d'actions cotées. L'approche d'UBS AM tire parti de l'expertise académique pour développer des méthodologies de mesure de l'impact pour quatre catégories d'impact, notamment le changement climatique et la pollution atmosphérique, l'accès à l'eau potable, la santé et la sécurité alimentaire. Les paramètres d'impact sont alignés sur ceux suggérés pour les objectifs de développement durable des Nations Unies.

«Notre client PFZW, le fonds de pension du secteur de la santé néerlandais, a choisi la sécurité alimentaire comme l'un de ses domaines prioritaires pour investir dans des solutions ayant un impact réel sur le monde. Chaque personne pose un grand défi, surtout si l'on considère les aspects de la qualité nutritionnelle, l'accès à la nourriture et la productivité des ressources», a déclaré Piet Klop, conseiller principal en investissement responsable à PGGM.

«La construction de ces modèles est difficile
compte tenu de la complexité de notre système alimentaire mondial.»

WUR, une université leader aux Pays-Bas qui se concentre spécifiquement sur le thème de la nourriture saine et du cadre de vie, étudiera le lien entre les technologies produites par les sociétés cotées et les rendements agricoles dans différentes parties du monde. Harvard T.H. Chan School of Public Health est en train de construire des modèles qui relient l'accès à des aliments nutritifs par des communautés défavorisées.

«La recherche de Wageningen et Harvard se concentrera sur seulement quatre métriques liées à la sécurité alimentaire», a déclaré Dinah A. Koehler, directrice exécutive de l'équipe Global Sustainable Equities chez UBS Asset Management. «La construction de ces modèles est difficile compte tenu de la complexité de notre système alimentaire mondial. Sur la base de notre expérience à construire des modèles d'impact pour le changement climatique et l'eau, nous croyons avoir établi une base solide pour construire notre cadre de mesure d'impact.»

En collaboration avec UBS-AM, Harvard T.H. Chan School of Public Health a travaillé sur le développement de modèles d'impact pour le changement climatique et la pollution de l'air, la santé et la sécurité alimentaire. Harvard Chan School est un chef de file mondial dans la modélisation de la pollution atmosphérique et les impacts sur la santé publique depuis les années 1980, et a développé des modèles interdisciplinaires pour évaluer les impacts sociaux et environnementaux du changement climatique. En outre, la City University of New York a été mandatée par UBS-AM pour développer les modèles d'impact de la pénurie d'eau, en tirant parti de leurs modèles révolutionnaires de gestion des risques hydriques.