Premier semestre quasi historique pour Erste Group

AWP

1 minutes de lecture

«La dynamique positive se poursuivra au second semestre», selon le directeur Andreas Treichl.

La banque autrichienne Erste Group a annoncé vendredi un bénéfice net en hausse de 21% à 438 millions d’euros au deuxième trimestre, dans un contexte très dynamique en Europe centrale et orientale, son coeur de marché.

Cette hausse, similaire à celle enregistrée au premier trimestre, permet à cette banque de détail implantée en Tchéquie, Slovaquie, Hongrie, Roumanie, Croatie, Serbie et Autriche de réaliser l’un des meilleurs semestres de son histoire, a relevé son dirigeant, Andreas Treichl.

Ce résultat, supérieur aux attentes des analystes, a été salué par la Bourse de Vienne, où l’action Erste Bank progressait de 0,85% à 36,76 euros en fin de matinée, dans un marché en progression de 0,4%.

Fortement chahuté en 2014 en raison de dépréciations à l’Est, Erste Group bénéficie aujourd’hui d’un environnement de risque «exceptionnellement favorable». La part de ses créances douteuses est tombée à 3,6%, contre 4,7% un an plus tôt, ce qui lui a permis de réduire ses coûts de provisionnement.

Au deuxième trimestre, le total de bilan a progressé de 5,4% à 229,9 milliards d’euros et le résultat opérationnel de 2,5% à 707 millions.

Avec un taux de croissance économique de 3 à 4% attendu cette année dans sa zone de chalandise, accompagnée d’un faible taux de chômage et de hausses des salaires, Erste Group est «convaincu que cette dynamique positive se poursuivra aussi au second semestre», a assuré M. Treichl.

Sur l’ensemble de l’exercice 2017, Erste Group avait vu son bénéfice net progresser de 4,1% à 1,3 milliard d’euros, le «résultat le plus élevé» de son histoire.

Erste Bank revendique plus de 17 millions de clients dans sept pays d’Europe centrale, orientale et des Balkans.