La BLKB crée une filiale numérique, sans garantie d’Etat

AWP

1 minutes de lecture

Cette nouvelle société financière sera indépendante en termes organisationnels et disposera de sa marque propre. Il n’est pas encore certain qu’elle soit exploitée comme une banque.

La Banque cantonale de Bâle-Campagne (BLKB) veut bien négocier le virage technologique. L’établissement rhénan va créer une filiale qui sera spécialisée dans les services numériques, une entité ne bénéficiant pas de la garantie d’Etat. Le groupe souhaite que des partenaires se joignent à l’aventure.

Cette nouvelle société financière lancera ses activités opérationnelles au premier semestre 2022, indique vendredi la BLKB. Elle sera indépendante en termes organisationnels et disposera de sa marque propre. Il n’est pas encore certain qu’elle soit exploitée comme une banque. Des discussions sont en cours avec le régulateur Finma pour déterminer quelle licence serait la mieux adaptée.

Les dirigeants de la banque restent cependant assez vagues sur les services qu’offrira cette filiale. L’accent sera probablement mis sur les solutions d’investissements pour les «clients de taille moyenne», a précisé le président du conseil de banque Thomas Schneider, lors d’une conférence de presse.

La nouvelle entité proposera également des comptes et d’autres services financiers, a renchéri le directeur général John Hälfinger. Il ne s’agira en aucun cas de comptes «gratuits», exempts de frais, destinés à attirer un grand nombre de clients rapidement, a cependant averti le patron de la BLKB, qui veut se démarquer de la concurrence.

L’investissement consenti n’est pas précisé. Les responsables de la banque ont affirmé que la somme sera ponctionnée sur le budget relatif aux projets numériques. La BLKB cherche d’ailleurs des partenaires qui pourraient apporter leur soutien. Des négociations dans ce sens sont actuellement en cours. Quoi qu’il arrive, le groupe bâlois va conserver une participation majoritaire.

La BLKB procède actuellement au recrutement de l’équipe de direction de la nouvelle entité. Le conseil d’administration de la filiale commence également à prendre forme. Il sera présidé par Marco Primavesi, membre du conseil de la banque de la BLKB.

Un nouveau directeur financier

Directeur général adjoint et chef de finances du groupe, Herbert Kumbartzki va intégrer l’organe de surveillance et sera fortement impliqué dans la mise en place de la société. Il quittera le comité exécutif de la BLKB à fin juillet.

Stefan Mühlemann, fondateur et président de la plateforme de crédit en ligne Loanboox, est également appelé à devenir administrateur.

La BLKB annonce dans la foulée la promotion au 1er août 2021 de Beat Röthlisberger, membre de la direction générale en charge du conseil à la clientèle, au poste de directeur général adjoint.

Membre du comité exécutif et responsable du domaine Distribution clientèle commerciale de la Banque cantonale de Bâle (BKB), Luca Pertoldi a pour sa part été nommé directeur financier de l’homologue de Bâle-Campagne, en remplacement de M. Kumbartzki.

Les banques suisses ont récemment appuyé sur l’accélérateur dans le domaine du numérique. Credit Suisse a lancé cet automne sa solution CSX. Autre établissement systémique, Postfinance va lancer sa plateforme l’année prochaine. La Banque cantonale de Zurich propose depuis le printemps dernier l’application «Frankly», axée sur la prévoyance.

Parmi les précurseurs helvétiques figure Banque Cler (ex-Banque Coop) et son offre Zak, mais également Hypothekarbank Lenzburg, qui a oeuvré à la mise en place de la néobanque Neon.

A lire aussi...