Erste Group: bénéfice record en 2018

AWP

1 minutes de lecture

Le groupe bancaire autrichien a été porté par le marché est-européen.

La banque autrichienne Erste Group a annoncé jeudi un bénéfice net annuel record, en hausse de plus d’un tiers à 1,79 milliard pour l’année 2018, dans un contexte très dynamique en Europe centrale et orientale, son coeur de marché.

A 562 millions d’euros, le bénéfice net part du groupe est en hausse de deux tiers au quatrième trimestre, grâce à l’appétit des clients est-européens pour l’emprunt et une baisse des provisions pour créances douteuses.

Ces dernières sont passées à 3,2% au quatrième trimestre, le taux le plus faible depuis de nombreuses années, contre 4% un an plus tôt.

Banque de détail implantée en Tchéquie, Slovaquie, Hongrie, Roumanie, Croatie, Serbie et Autriche, qui fête cette année ses 200 ans, Erste Group a réalisé le meilleur résultat de son histoire, a-t-elle souligné dans un communiqué.

Le volume des dépôts et des prêts est en hausse de 7%, reflétant la conjoncture de «la région de l’UE la plus dynamique sur le plan économique» où «le faible taux de chômage, l’augmentation des salaires réels et la compétitivité économique accrue» ont incité les entrepreneurs à investir et les ménages à emprunter.

Sur l’ensemble de l’année, le total de bilan a progressé de 7,3%, à 236,8 milliards d’euros, et le résultat opérationnel de 8,9%, à 2,7 milliards.

Avec un taux de croissance de 3% attendu cette année dans sa zone d’activité, Erste Group se dit confiant dans ses perspectives de croissance pour les mois à venir.

Seule réserve: une nouvelle taxe frappant les banques récemment instaurée par le gouvernement en Roumanie, l’un des principaux marchés du groupe. Si les contours de ce nouvel impôt restent imprécis, il aura «un impact négatif sur le résultat opérationnel».

Bucarest avait annoncé en décembre l’instauration d’une taxe progressive sur les actifs des banques indexée sur la hausse des taux d’intérêt pour alimenter les caisses de l’Etat, une décision vivement critiquée par les investisseurs étrangers.

A lire aussi...