CS: Tidjane Thiam déplore une trop faible valorisation

AWP

1 minutes de lecture

«Credit Suisse a dépensé 7 milliards de dollars pour des amendes, des accords amiables et la restructuration. Cet argent est perdu pour toujours», a déclaré le CEO au SonntagsBlick.

Credit Suisse est trop faiblement valorisé. C’est du moins l’avis de son directeur général Tidjane Thiam, qui l’a dit dans une interview au SonntagsBlick. «L’entreprise vaut beaucoup plus», a-t-il affirmé. Le fait que le cours de l’action soit plus bas que c’était le cas lorsqu’il a pris son poste de CEO, en 2015, est cependant à mettre en relation avec l’émission de nouvelles actions.

Credit Suisse a dépensé sept milliards de dollars pour des amendes, des accords amiables et la restructuration, a ajouté le Franco-ivoirin. Cet argent est perdu pour toujours, a-t-il relevé. Pour refinancer le groupe, il a fallu émettre de nouvelles actions. «Nous avons aujourd’hui 60% d’actions en plus qu’en 2015», a souligné M. Thiam. Le cours des titres est certes plus bas, mais la valeur de l’entreprise est plus élevée qu’à son arrivée aux commandes.

Au cours d’un premier trimestre difficile, Credit Suisse a enregistré une progression constante du rendement des fonds propres qui a atteint un pourcentage à deux chiffres en mars. «Il faut du temps pour que le cours de l’action remonte», selon M. Thiam. A propos de l’augmentation de son salaire l’an passé, le patron l’a justifiée par le fait que sa rémunération avait diminué les années précédentes.

Les deux grandes banques ne sont pas des candidats à un rachat, a souligné M. Thiam. Ce dernier ne croit pas non plus à des fusions entre banques européennes, ce ne serait pas une solution, a-t-il relevé, répétant des propos déjà tenus auparavant. Les taux négatifs constituent un environnement très difficile dans lequel de nombreuses banques se trouvent sous pression sur le long terme. Des fusions n’arrangeraient rien à cela.

Le patron du CS a encore relevé qu’il s’est tout de suite senti chez lui à son arrivée en Suisse il y a trois ans. Il n’envisage pas de changement car il planifie sur le long terme. Il ne va pas être candidat à la présidence de la Côte d’Ivoire «parce que j’ai déjà un job».

A lire aussi...