Bancastato a bien résisté aux effets de la crise sanitaire

AWP

1 minutes de lecture

Au premier semestre, le résultat net des opérations sur intérêts est resté quasiment stable à 77,3 millions.

La Banque cantonale du Tessin (Bancastato) a connu un premier semestre difficile, marqué par les effets la pandémie de COVID-19. Elle est néanmoins parvenue à maintenir sa performance opérationnelle à niveau et doit l’essentiel du recul de son bénéfice à sa participation à un projet de soutien à l’économie locale.

Le produit d’exploitation réalisé au cours de la période sous revue s’est contracté de 2,0% sur un an à 113,5 millions de francs, indique l’établissement cantonal vendredi dans un communiqué. Dans son coeur de métier, les opérations sur intérêts, le résultat net est resté quasiment stable à 77,3 millions.

Les revenus issus des commissions et services ont bondi de 12,0% à 27,8 millions de francs, alors que ceux des activités de négoce se sont affaissés dans les mêmes proportions à 8,0 millions.

Les avoirs sous gestion ont été particulièrement affectés par les turbulences qu’ont connues les marchés financiers en raison du coronavirus. Fin juin, ils se montaient à 16,4 milliards, soit 4,6% de moins qu’au bouclement de 2019 et ce malgré un afflux net de 437 millions.

Au bilan, les crédits à la clientèle ont enflé de 3,0% à 12,13 milliards de francs, dont désormais plus de 10 milliards (+2,1%) de créances hypothécaires.

Pas de coupe prévue

Les charges d’exploitation ont légèrement augmenté (+1,2%) à 64,6 millions, en raison de la hausse des coûts de personnel (+2,6%), débouchant sur un excédent opérationnel d’un peu plus de 43,0 millions, en repli de 1,6%.

Le ratio coûts-revenus au niveau du groupe se situait fin juin à 62,5%. Celui de la maison-mère - c’est-à-dire en prenant en compte Axion - est ressorti à 57,2%.

«Au vu du contexte actuel, nous ne parviendrons probablement pas à l’objectif initial de 56% pour 2020, mais plutôt autour de 57%», a confié à AWP le directeur général Fabrizio Cieslakiewicz en marge de la présentation des chiffres à Bellinzone.

Bancastato n’entend pas pour autant réduire la voilure au niveau des effectifs. «Nous avons déjà procédé à des réductions de personnel équivalent à environ 80 postes ces six dernières années, notamment par le biais de deux campagnes de départ à la retraite anticipée», a poursuivi le dirigeant.

Le bénéfice semestriel accuse quant à lui une baisse de 14,6% à 28,1 millions de francs, essentiellement due à la contribution de Bancastato au programme de soutien à l’économie «Vivi il tuo Ticino» (vis ton Tessin) pour lequel il a déboursé 6,2 millions.

«Bancastato a été au-delà de son rôle de banque cantonale en soutenant de manière directe le tourisme et la restauration tessinois», mettant à sa disposition à fonds perdu environ 10% du bénéfice annuel attendu. «Sur la contribution totale, nous nous attendons à ce que 4,0-4,5 millions soient effectivement utilisés», estime M. Cieslakiewicz.

Le dirigeant ne cache pas sa satisfaction face à la performance réalisée par l’établissement à mi-parcours et anticipe la poursuite d’une «dynamique très positive, même si la situation des marchés reste sujette à un degré élevé d’incertitude et de volatilité».

A lire aussi...