Axa: le bénéfice semestriel plombé par les indemnisations

AWP

1 minutes de lecture

Entre janvier et fin juin, le groupe a engrangé un bénéfice net de 1,4 milliard d’euros, contre 2,3 milliards sur la même période un an plus tôt.

L’assureur Axa a fait état jeudi d’une baisse de 39% de son bénéfice net au premier semestre, conséquence de la crise du Covid-19 essentiellement qui a notamment contraint le groupe à verser d’importantes indemnisations à ses clients.

Entre janvier et fin juin, le groupe a engrangé un bénéfice net de 1,4 milliard d’euros (1,5 milliard de francs), contre 2,3 milliards sur la même période un an plus tôt, a-t-il fait savoir dans un communiqué.

Ce recul est le résultat des sinistres en lien avec la pandémie de Covid-19, qui s’est traduite par une facture de 1,5 milliard d’euros, essentiellement sous forme d’indemnisation des pertes d’exploitation des entreprises clientes et pour des annulations d’événements assurés. L’assureur avait déjà dévoilé ce montant début juin.

La baisse de la valeur de marché des titres financiers investis par l’assureur, sur fond de turbulences boursières, a aussi pesé.

Dans ce contexte, Axa a annoncé avoir abandonné ses objectifs de résultat opérationnel par action et de rentabilité courante des capitaux propres présentés dans le cadre du plan stratégique pour la période 2016-2020.

Conformément aux appels répétés à la prudence des superviseurs, le groupe a également renoncé à verser à ses actionnaires le reliquat de dividende normalement dû au titre de l’année 2019. Il avait en effet versé la moitié de ce dividende début juillet, avec l’espoir de pouvoir verser l’autre moitié en fin d’année. Ce qu’il ne fera finalement pas.

Dans le détail de son activité commerciale, le chiffre d’affaires a reculé de 2%, à 52 milliards d’euros, «reflétant une forte croissance au premier trimestre, compensée par une baisse de l’activité au deuxième trimestre», a souligné Thomas Buberl, le directeur général d’Axa cité dans le communiqué.

«La croissance de l’activité en santé est restée forte au cours des six premiers mois de l’année, s’élevant à 9%, tandis que les hausses de prix ont soutenu l’activité d’assurance dommages des entreprises», a signalé le dirigeant.

De façon générale, l’activité d’assurance dommage des entreprises a été la plus affectée, mais «le reste du groupe a bien résisté, l’impact du Covid-19 étant en grande partie compensé par la baisse de la sinistralité en assurance automobile ainsi que par la croissance en santé et en gestion d’actifs», a aussi indiqué M. Buberl.

Concernant l’assise financière du groupe, son ratio de solvabilité, indicateur clé au sein du secteur, a terminé le premier semestre à 180%, en baisse par rapport à fin décembre (198%), mais dans la fourchette cible définie dans le cadre de son plan stratégique, à savoir 170%-230%.

A lire aussi...