Année 2019 faste pour la Banque cantonale de Glaris

AWP

1 minutes de lecture

Dans la gestion de fortune, les recettes se sont envolées de 15%. Les opérations de négoce ont généré un produit de 6,3 millions, raboté de 13,3%.

La Banque cantonale de Glaris (GLKB) a généré de la croissance dans ses principales lignes de métiers l’année dernière, une progression des recettes couplée à une hausse des volumes. La dissolution de provisions a fait bondir le bénéfice net.

Coeur de métier de la GLKB, l’activité de crédit a généré davantage de recettes en rythme annuel. Le résultat net des opérations d’intérêt s’est inscrit à 58,4 millions de francs, amélioré de 2,9%, indique jeudi l’établissement glaronais. Précurseure dans le numérique, la banque a engrangé davantage de revenus grâce à sa plateforme «Kreditfabrik».

Dans la gestion de fortune, les recettes se sont envolées de 15% à 12,4 millions de francs. Les opération de négoce ont généré un produit de 6,3 millions, raboté de 13,3%. Les recettes globales se sont étoffées de 10,2% à 81,1 millions.

Les charges ont pris l’ascenseur (+12,5%) à 49,0 millions, en raison notamment de l’engagement de 18 équivalents temps plein et une contribution exceptionnelle à la caisse de pension de la GLKB.

Le résultat opérationnel a gonflé de 18% à 30,0 millions de francs, alors que le bénéfice net s’est enrobé de 15% à 25,2 millions de francs. L’année dernière, la banque cantonale a procédé à la dissolution de provisions constitués pour un litige datant de quelques années, soldé l’automne dernier.

Ayant déposé plainte en 2010, la GLKB reprochait à ses anciens organes, dont l’ex-directeur général Bernt Arpagaus, la mise en oeuvre entre 2005 et 2007 d’une politique d’expansion particulièrement agressive. Après l’échec d’une tentative inamicale de rachat de la Banque Linth, des défauts de crédit avaient mis la GLKB dans une situation financière délicate.

La GLKB a obtenu le versement d’un montant de 5 millions de francs contre l’abandon du procès.

Dividende relevé

Suite à la performance 2019, le conseil d’administration propose de relever le dividende de 10 centimes et de le porter ainsi à 1,10 franc par action. En tout, 16,6 millions iront aux collectivités publiques glaronaises, sous forme de compensation de la garantie d’Etat pour la banque, précise le communiqué. Cette somme représente une hausse de 1,5 million par rapport à l’exercice précédent.

A fin décembre, la somme au bilan s’élevait à 6,40 milliards de francs (+7,1%). Les créances hypothécaires ont progressé de 7,0% à 4,85 milliards et les dépôts clientèle de 1,8% à 3,66 milliards.

La direction s’attend pour 2020 à dégager un «bon résultat», sans toutefois fournir de prévision chiffrée. Introduit cet automne par la Banque nationale suisse, l’assouplissement de la base de calcul pour le prélèvement des taux négatifs sur les avoir à vue devrait avoir un effet positif, a précisé le directeur général Hanspeter Rhyner en conférence de presse.

Les volumes hypothécaires devraient également progresser cette année. L’année dernière, la GLKB a une nouvelle fois généré de la croissance hors des frontières cantonales, grâce notamment à sa solution en ligne Hypomat, introduite en 2010. Le début d’année est, pour l’instant, le meilleur jamais enregistré pour cette plateforme.

Au niveau des dépôts, les petites épargnants sont toujours exemptés de taux négatifs. La banque cantonale répercute les frais à partir de montants supérieurs à 2 millions de francs, a expliqué M. Rhyner.