Amundi: rentabilité trimestrielle meilleure qu’attendu

AWP

1 minutes de lecture

Le bénéfice net s’est établi à 221 millions d’euros d’avril à juin 2020, malgré un contexte «défavorable», selon le directeur général Yves Perrier.

Le poids lourd mondial de la gestion d’actifs Amundi a vu son bénéfice net du deuxième trimestre reculer de 9,8% par rapport à la même période de 2019, dépassant toutefois légèrement les attentes des analystes.

Le bénéfice net s’est établi à 221 millions d’euros d’avril à juin 2020, malgré un contexte «défavorable», selon Yves Perrier, le directeur général d’Amundi, contre 215 millions d’euros attendus par les analystes de Factset et 218,8 millions par ceux de Bloomberg.

Les revenus nets ajustés du groupe, l’équivalent du chiffre d’affaires, ont atteint 625 millions d’euros, soit une baisse de 7,3% par rapport à l’année précédente, semblable à celle observée lors du premier trimestre.

«Hors impact des marchés, le résultat serait de même niveau que le deuxième trimestre 2019», assure dans un communiqué Amundi.

L’entreprise ne donne pas d’objectifs précis pour le reste de l’année.

Le manque à gagner lié à la baisse des cours de marchés a été compensé par la réduction des charges d’exploitation (7,8%), ce qui a permis de conserver une bonne rentabilité.

«Quand je regarde la trajectoire générale à moyen terme, je ne vois pas de raison de la changer significativement» par rapport aux prévisions établies lors du plan stratégique Amundi à 3 ans en 2018, a indiqué Yves Perrier, au cours d’une conférence de presse téléphonique.

«Nous avons toujours su trouver des relais de développement soit par de la croissance organique soit par des acquisitions ou des joints-ventures», a-t-il développé.

Amundi a notamment concrétisé en juin l’acquisition du pôle gestion d’actifs de la banque espagnole Banco Sabadell, ce qui fait de lui le quatrième gestionnaire d’actifs en Espagne.

Il espère également toujours mettre en place une coentreprise avec une filiale de Bank of China à partir du quatrième trimestre 2020, dont Amundi détiendra une part majoritaire (55%).

Toujours en Asie, la coentreprise avec SBI Mutual-Fund est devenue la numéro 1 du marché indien, où la collecte nette --c’est-à-dire les dépôts des clients moins les retraits-- «est toujours soutenue à 5,8 milliards d’euros».

Les encours ont augmenté de 7% sur un an, notamment grâce aux actifs sur le moyen et long terme.

Yves Perrier a indiqué qu’Amundi calquerait sa décision sur le versement de dividendes sur celle du groupe Crédit Agricole, la maison-mère. En cas de non-versement, le surplus de liquidité serait orienté vers «des acquisitions créatrices de valeur», ou «serait rendu aux actionnaires» lors des prochains versements.

Par ailleurs, une augmentation de capital réservée aux salariés à hauteur de 0,5% du capital aura lieu au second semestre 2020, avec une décote de 30%.

Amundi et Société Générale ont annoncé par ailleurs jeudi avoir signé de nouveaux accords de distribution en matière de produits d’investissement et d’épargne ainsi que dans la conservation de titres.

Sa principale nouveauté est qu’il permettra à Société Générale de proposer des solutions d’épargne et d’investissement dans ses réseaux de banque de détail et d’assurances autres que celles d’Amundi, qui reste son principal fournisseur.

A lire aussi...