Suivi d'Euronext par Bordier

Loïc Bhend, Bordier & Cie

1 minutes de lecture

Les revenus sont ressortis 1% supérieurs aux attentes et en hausse de 18% sur un an, à 186 millions d'euros.

Euronext a publié hier soir des résultats T4 globalement conformes aux attentes. L’EBITDA, à 104 millions d'euros (+20% sur un an) ressort 1% inférieur aux attentes.

Les revenus sont ressortis 1% supérieurs aux attentes et en hausse de 18% sur un an, à 186 millions d'euros. L’écart avec les attentes provient essentiellement d’une légère surperformance dans les revenus du listing et du post trade, qui ont plus que compensé une légère faiblesse du trading et de market data. Par contre les dépenses, en hausse de 16% sur un an, ont dépassé les attentes de 3% à 82 millions d'euros contre 79 millions attendus. C’est principalement dû à des frais d’intégration (bourse de Dublin) car à périmètre constant, le groupe a économisé 7,8 millions d'euros, comme attendu.

En parallèle, le management signale que les dépenses seront plus élevées qu’attendu en 2020, plombées par des frais d’intégration exceptionnels d’Oslo Børs et des investissements dans la numérisation de la plateforme. Ces frais dégradent les estimations de 2-3% en 2020 mais ils génèreront des économies dès 2021, raison pour laquelle le marché ne le prend pas trop mal ce matin.

La marge d’EBITDA, à 56% progresse de 80pb sur un an mais manque les attentes de 57%. Le groupe reste en bonne voie pour atteindre l’objectif 2022 d’une marge > 60%. Sinon, le dividende, à 1,59 euro, ressort en hausse de 3% sur un an mais 6% inférieur aux attentes.

L’année débute plutôt bien avec des volumes de transactions actions en janvier en hausse de 13,5% sur un an, des changes à -14,5% et des dérivés à +34%.

Valorisée à 19x les résultats 2020e, Euronext affiche une décote de 24% par rapport à ses concurrentes européennes. C’est sévère: son ROE 2020e de 29,1% est 81% supérieur à la concurrence, et le rendement de son dividende de 2,5% est 37% supérieur aux pairs.

Nous conservons Euronext dans la liste Satellites. Le groupe dispose d’un bilan solide, lui permettant de croître par acquisitions si les volumes devaient ralentir. Par ailleurs, l’excellent contrôle des coûts exercé par le management reste une caractéristique du groupe même si, ponctuellement, des investissements dans la croissance et l’amélioration des plateformes peuvent marquer une pause dans la tendance de long terme.