Suivi d'Euronext par Bordier

Loïc Bhend, Bordier & Cie

1 minutes de lecture

Le groupe dispose d’un bilan solide, lui permettant de croître par acquisitions dans un environnement avec des volumes un peu atones.

Euronext a publié hier soir des résultats T3 solides et légèrement supérieurs aux attentes. L’EBITDA, à 108mio€ (+23% sur un an) ressort 2% supérieur aux attentes.

Les revenus sont ressortis 1% inférieurs aux attentes mais en hausse de 20% sur un an, à 182mio€. L’écart avec les attentes provient essentiellement d’une légère déception dans les revenus du post trade, à 31mio€ contre 33mio€ attendus. Par contre les dépenses, en baisse sous-jacente de 6% ont plus que compensé. Elles s’établissent à 74mio€, contre 78mio€ attendus.

La marge d’EBITDA, à 59.4% progresse de 120pb sur un an et dépasse les attentes de 57.6%. Le groupe est en bonne voie pour atteindre l’objectif 2022 d’une marge > 60%.

Sinon, tous les objectifs ont été réitérés, la rumeur de rapprochement avec la bourse espagnole BME démentie et les volumes pour octobre 2019 sont annoncés en légère contraction par rapport à l’an dernier.

Valorisée à 17.6x les résultats 2020e, Euronext affiche une décote de 17% par rapport à ses concurrentes européennes. C’est sévère: son ROE 2020e de 28.7% est 75%supérieur à la concurrence, et le rendement de son dividende de 2.7% est 20% supérieur aux pairs.

Nous conservons Euronext dans la liste Satellites. Le groupe dispose d’un bilan solide, lui permettant de croître par acquisitions dans un environnement avec des volumes un peu atones. Par ailleurs, l’excellent contrôle des coûts exercé par le management se confirme trimestre après trimestre.