Euronext: pacte d’actionnaires de référence reconduit

AWP

1 minutes de lecture

ABN Amro (0,55%), la Caisse des dépôts (8%), Euroclear (8%), la Société fédérale de participations et d’investissement (4,5%), et BNP Paribas (2,22%) signent pour deux ans de plus.

Le pacte d’actionnaires de référence d’Euronext, qui détient quelque 23% de son capital, a été reconduit pour deux ans, a annoncé lundi dans un communiqué l’opérateur boursier paneuropéen.

Ce pacte comprend la banque néerlandaise ABN Amro (0,55%), la Caisse des dépôts (8%), la chambre de compensation Euroclear (8%), la Société fédérale de participations et d’investissement (4,5%), et BNP Paribas (2,22%) pour un total de 23,27% du capital d’Euronext, a précisé le groupe.

Ce noyau d’actionnaires avait été sécurisé peu avant l’entrée en Bourse, en juin 2014, d’Euronext. Il s’était initialement engagé à garder ses actions trois ans minimum. Il avait été reconduit une première fois en juin 2017. Il comptait alors également Société Générale et BPI France.

Le nouveau pacte court désormais jusqu’au 19 juin 2021.

Vendredi, la Caisse des dépôts (CDC), bras financier de l’Etat français, avait annoncé son renforcement au capital pour atteindre 8%, devenant ainsi «le premier actionnaire aux côtés d’Euroclear».

Euronext, issu originellement de la fusion en 2000 de trois places boursières européennes (Paris, Amsterdam, Bruxelles), est devenu au fil des années l’une des principales places boursières internationales, la première d’Europe et la sixième mondiale. Valorisé à 4,4 milliards d’euros, l’opérateur boursier chapeaute les places de Paris, Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne, Dublin et bientôt Oslo.

Au terme d’une âpre bataille avec le Nasdaq américain, Euronext a en effet mis la main sur la place scandinave.

Dans la foulée, l’agence de notation financière américaine a abaissé d’un cran, à «A-» contre «A» auparavant, la note d’Euronext, tout en l’accompagnant d’une perspective stable, estimant que l’intégration de la Bourse d’Oslo allait accroître l’endettement de l’opérateur boursier, mais qu’elle sera un succès «dans les deux ans».