Suivi de Novartis par Bordier

Agathe Bouché Berton, Bordier & Cie

1 minutes de lecture

Le management fixe de nouveaux objectifs de marge opérationnelle pour sa division Innovative Medicines à moyen terme.

Novartis annonce le rachat de Medicines Company pour un montant de 9,7 milliards de dollars (4% de la capitalisation boursière du groupe). L’acquisition permettra de créer un effet de levier sur sa franchise Cardiovasculaire (Entresto). Sa finalisation est attendue au T1 2020, avec un impact «modestement dilutif» les premières années, en raison de l’investissement commercial nécessaire pour assurer son succès, et relutif à partir de 2023e/2024e.

Par ailleurs, le management fixe de nouveaux objectifs de marge opérationnelle pour sa division Innovative Medicines à moyen terme, qui permettra de compenser en grande partie la dilution. Après avoir atteint l’objectif de 34% en 2019 (vs 2020 initialement estimé), la marge opérationnelle est attendue à 35% à court terme et entre 35% et 39% à moyen terme.

Medicines Company développe inclisiran (ARN interférent) dans l’hypercholestérolémie avec une administration en sous-cutanée deux fois par an. Le traitement cible le gène PCSK9 en bloquant sa production afin de réduire le cholestérol LDL. Un taux élevé de LDL est un facteur de risque cardiovasculaire. Inclisiran sera soumis pour approbation auprès des autorités de santé au T4 aux USA et T1 en Europe.

Son succès commercial sera limité dans un premier temps. Il faudra attendre l’étude évaluant la mortalité cardiovasculaire en 2024 pour espérer une accélération de ses ventes. Son potentiel de ventes à pic peut varier entre 2 milliards de dollars et 6 milliards de dollars en fonction de son succès clinique.

Deux traitements anti-PCSK9 sont actuellement commercialisés (Repatha d’Amgen et Praluent de Sanofi) avec une posologie moins favorable (injection toutes les 2 ou 4 semaines) et un mécanisme d’action différent, ciblant les gènes PCSK9 en circulation (et non leur production). Leur succès commercial a été décevant (c. 1 milliard de dollars actuellement avec une projection à 3 milliards de dollars en 2024) en raison notamment d’une réduction limité (c. 15%-20%) du risque d’évènements cardiovasculaires majeurs et d’une pression de la part des payeurs aux USA.

L’ampleur de la réduction du cholestérol LDL est semblable entre les deux approches. La différentiation s’effectuera dans un premier temps sur le mode d’administration (2x/an) et un canal de remboursement différent aux USA du fait de son mode d’administration (Medicare Part B). Il faudra attendre de connaître l’ampleur de son bénéfice sur la mortalité cardiovasculaire (2024) pour espérer une différentiation marquée.

Nous confirmons Novartis en Core Holding. Notre valeur fondamentale s’élève à 106 francs.