Marché obligataire: la politique monétaire comme seul outil

Paul Brain, Newton Investment Management

1 minutes de lecture

En l'absence d'inflation, la baisse des taux d'intérêt des banques centrales entraînera une baisse des rendements obligataires.

Les mouvements extraordinaires que nous avons vus sur les marchés obligataires ont poussé beaucoup d’investisseurs à spéculer sur un certain nombre de messages cachés relatifs à une crise du crédit imminente en Chine, une récession économique potentielle aux Etats-Unis et une japonisation de l'Europe. Bien que nous n'écartions aucune de ces possibilités, la réalité est que nous assistons à un ralentissement du commerce mondial depuis le milieu de l'année dernière et que, pour l'instant, la politique monétaire (qui atteint des niveaux extrêmes) est le seul outil disponible.

En l'absence d'inflation, la baisse des taux d'intérêt des banques centrales entraînera une baisse des rendements obligataires. Le marché anticipera les mouvements de la banque centrale, ce qui permet aux courbes de rendement de s'échanger temporairement à l'aide des taux de change actuels. Derrière ces formes étranges de courbes de rendement se cache la croyance que de nouvelles baisses de taux ne contribueront pas à redresser la croissance économique et qu'il n'est pas improbable qu'elles entraînent l'inflation. Les banques centrales évoluent généralement à un rythme plus lent que les attentes du marché et il y a généralement une période où la réalité du calendrier des réunions de la banque centrale pousse les rendements à la hausse.

A plus long terme, une fois la politique monétaire épuisée, les gouvernements se concentreront sur l'augmentation des dépenses budgétaires. Contrairement à l'outil de politique monétaire, la politique budgétaire est plus longue à mettre en place et se présente sous diverses formes et tailles. Tant qu'il n'y aura pas de plan cohérent, l'accent continuera d'être mis sur la surcapacité de production, qui alimente les différends commerciaux et a un effet déflationniste à long terme.