Election en Espagne: l'incertitude sur les marchés obligataires

Paul Brain, Newton Investment Management

1 minutes de lecture

Dimanche prochain, un nouveau parlement sera élu en Espagne pour la troisième fois en moins de trois ans et demi.

Dimanche prochain, un nouveau parlement sera élu en Espagne pour la troisième fois en moins de trois ans et demi. Les sondages indiquent que les votes seront partagés entre les partis traditionnels de gauche et de droite et le nouveau challenger de droite Vox. Encore une fois, il semble peu probable qu’un parti obtienne la majorité, de sorte qu’un gouvernement de coalition est susceptible d’émerger.

Quelles sont les implications possibles pour les investisseurs obligataires? 

Tout vote de coalition créerait d’abord de l’incertitude pour les investisseurs obligataires jusqu’à ce qu’il devienne clair quelles parties sont prêtes à coopérer. L’insatisfaction persistante des électeurs a conduit à la création de deux nouveaux partis - l’alliance électorale de gauche Unidas Podemos et les Ciudadanos, initialement régionaux et catalans. Maintenant, le vox populiste de droite est également impliqué. Nous nous attendons à ce que l’insatisfaction continue d’être une tendance mondiale lors des élections.

Les partis populistes ont tendance à promettre aux électeurs une politique fiscale plus souple qui peut conduire à des déficits budgétaires plus élevés. Cela a des répercussions sur le marché obligataire. Toutefois, il est également possible que les partis ne soient pas en mesure de mettre en œuvre des incitatifs fiscaux suffisants pour satisfaire leur électorat. En conséquence, cela peut conduire à la formation d’autres partis qui se positionnent encore plus à gauche ou à droite.

Si d’autres parties sont ajoutées, le résultat global s’en trouve dilué. Toutefois, les gouvernements de coalition ne sont en mesure d’apporter des changements significatifs que dans une mesure limitée. Il ne s’agit pas seulement d’un problème en Espagne - les élections législatives italiennes de l’année dernière et le revirement de la politique monétaire de la Banque centrale européenne en France par Emmanuel Macron ont montré à quel point cette évolution peut être préoccupante pour les investisseurs obligataires. Toutefois, le fait que d’autres pays soient confrontés à des aspirations électorales similaires qui affaiblissent leur position budgétaire signifie également que l’Espagne ne devrait pas être trop pénalisée par les investisseurs pour des pertes fiscales mineures ou des incertitudes après les élections. 

L’environnement économique de l’Espagne, contrairement à celui de l’Italie, reste bon. Cela soutient les écarts de rendement des obligations. Une fois que les élections seront chose du passé et qu’il y aura une coalition opérationnelle, les écarts devraient donc se stabiliser. Le besoin de rendements plus élevés reste élevé, surtout si la BCE poursuit sa politique de taux d’intérêt négatifs. Cette demande, conjuguée à l’amélioration fondamentale de la qualité du crédit en Espagne, devrait permettre aux obligations espagnoles de bénéficier progressivement d’une prime par rapport aux obligations allemandes.»