La fin du cycle de resserrement monétaire est proche

Paul Brain, Newton Investment Management

1 minutes de lecture

Les coupons des obligations d’entreprises américaines arriveront à maturité dans les trois prochaines années et affichent une trajectoire baissière.

Les taux d’emprunt moyens des entreprises permettent de mieux comprendre l’évolution des marchés du crédit. En moyenne, les coupons des obligations d’entreprises américaines arriveront à maturité dans les trois prochaines années et affichent une trajectoire baissière et ce malgré la hausse des rendements obligataires.

Le rendement moyen des obligations à plus long terme permet d'évaluer le véritable coût d'emprunt de ces entreprises, qui est désormais plus élevé que le taux des obligations arrivant à maturité. Les sociétés qui cherchent à refinancer leur dette verront donc leurs coûts d’emprunt mécaniquement augmenter.

Les tensions commenceront certainement à apparaître d’ici la mi-2019.

Conjugués à la hausse des coûts de financement à court terme, des coûts salariaux et des coûts énergétiques et de production, ceux-ci pousseront les entreprises à réduire leurs investissements et, dans certains cas, au défaut de paiement. Pour l’heure, il s’agit d’un problème qui couve et ne suscite pas encore de tensions, mais celles-ci commenceront certainement à apparaître d’ici la mi-2019 (avec la hausse du taux directeur de la Fed).

Tous ces indicateurs de stress commencent à prendre de l’ampleur, mais en partant des niveaux certes faibles, et attisent la nervosité des détenteurs d'actifs risqués. Une réaction plus vive des valeurs «refuge» que représentent les bons du Trésor nécessitera une réévaluation du pic probable des taux américains, mais nous avons manifestement entamé dans la dernière manche de la partie.

Au cours des cycles précédents, la forme de la courbe de rendement a toujours constitué un signal fiable. Une courbe plate (nous y sommes bientôt) suggère généralement que la fin du cycle de resserrement est proche. Nous pouvons notamment tirer des enseignements de l'année 1994 et de la période 1998-2000. Notre analyse suggère que le resserrement monétaire de la Fed n'est pas encore suffisamment avancé pour provoquer un ralentissement économique, mais qu'il pourrait suffire de 50 points de base de plus pour faire pencher la balance et déclencher un véritable effondrement des rendements souverains américains.

 

Lire également:

Revue de l'univers d’investissement: évolution des allocations

A lire aussi...