Bilan de santé du marché du travail US: pas d’alarme

Bruno Cavalier, ODDO BHF

1 minutes de lecture

Aux États-Unis, l’emploi non-agricole est considéré comme étant par excellence la variable coïncidente du cycle.

Pas de récession sans contraction de l’emploi. Pas d’expansion durable sans rebond. Les situations intermédiaires sont plus délicates à apprécier. Au sortir d’une récession, on observe souvent une «reprise sans emploi». Avant une récession, les créations d’emploi freinent nettement. En mai, les données d’emploi ont déçu. Est-ce un signal d’alerte sur la poursuite de l’expansion ou une normalisation somme toute logique à ce stade du cycle? On penche pour la deuxième option.

Il faudra plus de données pour dire si cet affaiblissement est une évolution
cyclique usuelle, ou la marque d’un coup de froid soudain.

Pour la deuxième fois cette année, les créations mensuelles d’emploi ont vivement déçu. En février, elles étaient à +56K (initialement +20K), en mai, à +75k. La moyenne sur six mois ressort à +175k, au bas de sa bande d’évolution depuis 2012. Avec un taux de chômage qui bat des records de faiblesse sur 50 ans, il n’y a rien d’étonnant à ce que le rythme de créations se modère dès lors qu’il évoluait bien au-dessus de la tendance de la force de travail (environ +100.000 par mois). Il faudra plus de données pour dire si cet affaiblissement est une évolution cyclique usuelle, ou la marque d’un coup de froid soudain qui serait précurseur d’une possible récession. En attendant, essayons de prendre une vue globale du marché du travail américain.

La Fed de Kansas City produit un indice synthétique des conditions d’emploi basé sur 24 statistiques différentes.

US: indice synthétique des conditions d'emploi (1)

Source: Thomson Reuters, Fed Kansas City, ODDO BHF Securities

Cet indice s’est tassé par rapport aux points hauts de 2017/18, mais il reste élevé dans l’absolu, au-dessus de sa moyenne post-crise, et bien loin des seuils d’entrée en récession. Si l’on préfère se concentrer sur les seules enquêtes de confiance, qui ont l’avantage de n’être jamais révisées et pour certaines d’être un peu prospectives, le message est identique.

US: indice des conditions d'emploi (2)

Source: Thomson Reuters, Fed Kansas City, ODDO BHF Securities

Notons enfin que l’indicateur à haute fréquence que sont les inscriptions au chômage hebdomadaires est tout aussi muet. Le niveau récent des claims se situe environ 10% au-dessous du premier seuil d’alerte que nous avons estimé à 240.000 et il ne montre toujours aucune tendance haussière.

L’emploi étant un excellent indicateur coïncident du cycle des affaires, il est certain que son évolution récente traduit une modération des rythmes d’activité. Mais il n’y a pas à ce stade de dégradation générale des conditions d’emploi comme on serait en droit de l’observer si l’économie américaine était engagée dans une dynamique récessive. Les entreprises se plaignent actuellement de leur difficulté à recruter des employés ou à les garder, et non d’un excès de main-d’œuvre qu’elles chercheraient à purger.