Tassement du nombre de millionnaires en Suisse en 2018

AWP

1 minutes de lecture

Ce recul est une première, depuis la crise financière de 2008, a révélé une étude publiée par la société de conseil Capgemini.

La Suisse a compté près de 5000 millionnaires en moins en 2018 par rapport à 2017. Ce recul est une première, depuis la crise financière de 2008, a révélé une étude publiée par la société de conseil Capgemini.

Le pays a néanmoins conservé son 7e rang mondial en chiffres absolus s’agissant de cette catégorie de population. Les particuliers fortunés en Suisse étaient au nombre de 384’400 en 2018 (-1,3% sur un an), soit 4,5% de la population totale suisse. C’est trois fois plus qu’aux Etats-Unis en valeur relative.

Les millionnaires suisses ont vu leurs avoirs baisser de 3,8% à 1159 milliards de dollars, selon la dernière édition du World Wealth Report de Capgemini.

L’étude s’est consacrée aux «high net worth individuals» (HNWI), soit les personnes en possession d’un patrimoine d’au moins un million de dollars (près de 990’000 francs) hors résidence principale, objets d’art et collection de biens courants.

Seuls six pays ont aligné plus de millionnaires que la Suisse en 2018: les Etats-Unis (5,32 millions de personnes), le Japon (3,15 millions), l’Allemagne (1,35 million), la Chine (1,19 million), la France (635’000) et le Royaume-Uni (556’000), tous ces pays affichant une densité de HNWI nettement moindre à celle de la Suisse.

18 millions de millionnaires dans le monde

L’effondrement des marchés boursiers et le ralentissement de la croissance économique, en particulier dans la région Asie-Pacifique, ont contribué au recul du nombre de millionnaires, désormais au nombre de 18 millions dans le monde (-0,3%) ainsi que de leur valeur patrimoniale (-2,9% à 68 billions de dollars).

En Suisse, la perte d’environ 11% de l’indice boursier SMI a pesé lourd l’année dernière. En comparaison européenne, le pays a été plus rudement affecté que la moyenne qui a affiché un recul de 0,5% du nombre de millionnaires et de 2,9% de leur richesse.

Le Royaume-Uni a néanmoins présenté la moins bonne performance patrimoniale avec une diminution de 3,3% du nombre de millionnaires à 556’160 personnes et de 6% de leur richesse à 2 billions de dollars, la paralysie politique déclenchée par Brexit ayant suscité l’incertitude sur les marchés.

La baisse des marchés a entraîné un changement important dans la répartition des actifs des HNWI. Au premier trimestre 2019, leurs placements en espèces ou quasi-espèces ont dépassé, au niveau mondial, les volumes de ceux en actions. Cette tendance a également été observée en Suisse où les grandes fortunes ont préféré investir 32,7% de leur richesse en espèces ou quasi-espèces, 21,43% en actions, 16,45% en placements à revenus fixes, et le solde réparti équitablement entre immobilier et investissements alternatifs.

A court terme, la prudence devrait rester de mise, les HNWI préférant conserver leurs liquidités plutôt que de s’engager sur les marchés boursiers ou dans la technologie, selon Capgemini.