Chine-USA: après les ripostes, les échanges de bonnes nouvelles

AWP

1 minutes de lecture

Washington pourrait repousser les taxes contre Pékin prévues en décembre. Hier, la Chine annonçait une levée «par étapes» des droits de douane punitifs mutuels.

L’administration Trump pourrait repousser l’imposition de tarifs douaniers sur des biens chinois, notamment électroniques, prévus le 15 décembre, a indiqué vendredi un conseiller de la Maison Blanche, tout en soulignant que la décision revenait au président américain.

«Ce qui est sur la table, ce sont les tarifs douaniers à venir le 15 décembre. Nous serions disposés --je pense, c’est du ressort du président (Donald Trump)-- à repousser ces droits de douane, mais pas à revenir sur les tarifs douaniers existants», a déclaré Peter Navarro sur la radio NPR.

Le conseiller, qui représente la ligne ferme contre Pékin au sein de la Maison Blanche, a souligné qu’il s’agissait d’une «différence subtile» alors que la Chine a annoncé jeudi que la suppression des tarifs douaniers additionnels pourrait être une condition pour signer un accord.

Gao Feng, le porte-parole du ministère chinois du Commerce, a déclaré jeudi que Pékin s’était mis d’accord avec Washington pour une levée «par étapes» de leurs droits de douane punitifs mutuels, au moment où Chine et Etats-Unis s’efforcent de finaliser un accord partiel sur leur différend commercial.

«Ils sont convenus d’une annulation par étapes et progressive des tarifs douaniers additionnels, au fur et à mesure de la progression vers un accord (final)», a-t-il souligné lors d’une conférence de presse.

Mais l’hôte de la Maison Blanche, tout comme le négociateur en chef américain, sont restés muets, ne confirmant ni n’informant cette information.

«Je peux confirmer qu’il n’y a pas d’accord pour retirer les tarifs douaniers (additionnels) comme condition d’un accord», a poursuivi Peter Navarro. «La seule personne qui peut prendre cette décision est Donald Trump», a-t-il insisté, évoquant de la «propagande» de la part des Chinois, relayée par la presse.

«Si vous n’avez pas d’écho de l’ambassadeur Robert Lighthizer, représentant au Commerce, ce n’est pas vrai, et si vous n’avez pas d’écho du président Trump», c’est aussi une fausse affirmation, a-t-il dit.

Il y a plusieurs mois, l’administration Trump s’était prononcée en faveur du maintien --au moins partiel-- des tarifs douaniers additionnels comme levier pour faire appliquer un éventuel traité.

La suppression totale des surtaxes serait donc un net assouplissement de la stratégie de pression absolue menée jusqu’à présent contre Pékin.

Washington a décidé d’imposer en deux étapes des tarifs douaniers supplémentaires sur les quelque 300 milliards de dollars de biens chinois qui n’étaient pas encore surtaxés.

Des droits de douane supplémentaires de 15% frappant quelque 120 milliards de dollars de produits chinois sont entrés en vigueur le 1er septembre.

Certains produits phare des achats de Noël doivent, eux, être taxés le 15 décembre.

C’est le cas des téléphones et ordinateurs portables, des consoles de jeux vidéo, de certains jouets, des écrans d’ordinateur ou encore de certains vêtements de sport et chaussures.

Ces produits représentent autour de 160 milliards de dollars.