Pétrole US: la production record booste les stocks

AWP

1 minutes de lecture

Lors de la semaine achevée le 4 octobre, les réserves ont augmenté de 2,9 millions de barils là où les analystes anticipaient une hausse plus modérée de 1,9 million de barils.

Les stocks de pétrole brut ont progressé pour la quatrième semaine de suite, et plus que prévu, aux Etats-Unis tandis que la production est montée à un niveau record, selon les chiffres publiés mercredi par l’Agence américaine d’information sur l’Energie (EIA).

Lors de la semaine achevée le 4 octobre, les réserves commerciales de brut ont augmenté de 2,9 millions de barils pour s’établir à 425,6 millions, là où les analystes interrogés par l’agence Bloomberg anticipaient une hausse plus modérée de 1,9 million de barils.

Ces réserves ont en partie été alimentées par la hausse de la production de brut à un niveau inédit, les Etats-Unis extrayant en moyenne 12,6 millions de barils par jour (mbj).

Les réserves d’essence ont, de leur côté, baissé de 1,2 million de barils, soit un peu plus que la baisse de 900.000 barils anticipée par les analystes.

Les stocks d’autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole) ont, pour leur part, reculé de 3,9 millions de barils, soit plus que le recul de 2 millions prévu.

Le prix du baril WTI coté à New York a perdu un peu de terrain après la publication du rapport mais restait en légère hausse vers 14H50 GMT, de 46 cents, à 53,09 dollars.

«La baisse des stocks de produits raffinés permet de contrebalancer l’effet de la progression, pour la quatrième semaine de suite, des stocks de brut», souligne Math Smith, de ClipperData.

En pleine saison de maintenance des raffineries, l’activité de ces dernières a encore ralenti: elles ont fonctionné à 85,7% de leurs capacités, contre 86,4% la semaine dernière et près de 95% il y a encore un mois.

Leur rythme tombe ainsi à leur plus bas niveau depuis 2017.

«Nous sommes en pleine saison de maintenance d’automne», rappelle Matt Smith. Mais «les fortes exportations combinées au faible niveau des importations ont permis de limiter la progression des réserves de brut», relève-t-il.

Les importations ont en effet légèrement reculé, à 6,22 mbj contre 6,29 mbj la semaine précédente, tandis que les exportations ont progressé, à 3,4 mbj contre 2,86 mbj la semaine précédente.

Egalement scrutés puisqu’ils servent de référence à la cotation du pétrole à New York, les stocks de brut WTI du terminal de Cushing (Oklahoma, sud) ont, eux, augmenté de 1 million de barils, à 41,7 millions de barils.

Au cours des quatre précédentes semaines, les Etats-Unis ont au total consommé en moyenne 20,9 mbj de produits raffinés, en hausse de 3,0% par rapport à la même période l’an dernier.