Hypothèques: Moneypark privilégie caisses de pensions et assurances

AWP

1 minutes de lecture

Selon une étude du distributeur de crédits de logement dirigé par Stefan Heitmann, caisses de pension et assurances sont moins onéreuses que les banques.

Malgré des positionnements encore marginaux sur le marché des hypothèques, les assurances et surtout les caisses de pension présentent des tarifs bien plus intéressants pour les clients que ne le font les banques, selon un étude publiée vendredi par Moneypark. Le distributeur de crédits de logement assure au passage privilégier ces émetteurs moins onéreux.

La société schwytzoise revendique ainsi avoir placé depuis le début de l’année quelque 30% de ses volumes hypothécaires auprès d’assurances et 20% auprès de caisses de pension, dont la part a toutefois été multipliée par cinq sur un an. A titre de comparaison, les banques disposent toujours de plus de 90% des parts d’un marché hypothécaire, que les auteurs de l’étude devisent à 1064 milliards de francs.

Se basant sur ses propres données, Moneypark calcule qu’une hypothèque de 650’000 francs sur dix ans coûtera au client 13’000 francs de moins s’il conclut l’affaire auprès d’une caisse de pension plutôt qu’une banque. Le potentiel d’économies du côté des assurances s’élève encore à 8450 francs.

La même somme mais sur cinq ans, reviendra 8450 francs moins cher auprès d’une caisse de pension et 1625 francs auprès d’une assurance.

La société de conseil relève toutefois que les banques disposent d’atouts non négligeables, à commencer par des palettes de produits bien plus larges que celles de leurs balutiants concurrents. Les hypothèques constituent par ailleurs le coeur de métier de ces établissements, alors qu’elles représentent pour les caisses de pension comme pour les assurances plutôt des alternatives de placements plus sûres ou plus rentables que les actions ou les emprunts, respectivement.