RBS double ses bénéfices et fait des promesses sur le climat

AWP

1 minutes de lecture

RBS entend réduire de moitié d’ici 2030 «l’impact climatique» des financements qu’elle accorde, selon sa directrice générale Alison Rose.

La banque britannique RBS a publié vendredi un bénéfice net presque doublé en 2019 pour les premiers résultats de sa nouvelle patronne qui veut réorganiser le groupe et faire davantage pour lutter contre le changement climatique.

La directrice générale Alison Rose, première femme à la tête d’une grande banque britannique, annonce dans un communiqué le projet de changer le nom du groupe RBS pour NatWest, celui d’une de ses branches, dans le courant de l’année.

La dirigeante entend imprimer sa marque et tourner la page d’une décennie éprouvante pour la banque dont le nom s’associe à la crise financière de 2008 dans l’esprit des Britanniques.

RBS avait alors échappé de peu à la faillite et avait été nationalisée pour 45 milliards de livres par l’Etat britannique qui détient encore à ce jour plus de 60% du capital.

La banque est désormais en meilleure santé au prix d’une profonde restructuration menée par le prédécesseur d’Alison Rose.

RBS annonce d’ailleurs avoir presque doublé son bénéfice net en 2019, à 3,1 milliards de livres (3,7 milliards de francs), grâce à de moindres charges fiscales et une baisse du coût des litiges. Il s’agit du troisième exercice consécutif dans le vert pour la banque qui avait auparavant accumulé les pertes pendant de longues années.

La nouvelle patronne profite de la publication des résultats annuels pour dévoiler sa stratégie pour la banque, avec comme priorité de faire davantage en matière d’environnement.

RBS entend réduire de moitié d’ici 2030 «l’impact climatique» des financements qu’elle accorde, alors que les banques britanniques ont été pointées du doigt récemment pour l’argent qu’elle prête à des industries polluantes comme celle du charbon.

Enfin, Alison Rose entend réorganiser le groupe qu’elle juge «trop compliqué pour (ses) clients».

Elle prévoit de réduire de moitié la taille de NatWest Markets, sa banque d’investissement, qui ne représente qu’une faible part de l’activité et dont les performances étaient en demi-teinte.

La restructuration de cette branche et les efforts d’économies qui se poursuivront à l’échelle de l’ensemble du groupe vont coûter entre 800 millions et 1 milliard de livres à la banque en 2020. RBS ne précise pas les éventuelles conséquences sur l’emploi.