Citigroup condamné par la BoE à une amende record

AWP

1 minutes de lecture

A plusieurs reprises entre 2014 et 2018, «le cadre de rapports réglementaires n’a pas été» respecté, a souligné l’Autorité de régulation prudentielle (PRA) de la BoE.

La Banque d’Angleterre a infligé mardi une amende record de près de 44 millions de livres (56,5 millions de dollars) à des filiales britanniques de la banque américaine Citigroup pour des déclarations réglementaires incomplètes.

A plusieurs reprises entre 2014 et 2018, «le cadre de rapports réglementaires n’a pas été» respecté, a souligné l’Autorité de régulation prudentielle (PRA) de la Banque d’Angleterre (BoE) dans un communiqué.

«Bien que Citigroup soit tout le temps resté au-dessus de ses besoins en liquidités et capitaux, les manquements ont persisté (...), ont été graves et répandus», ajoute l’institution, qui signale que c’est l’amende la plus élevée jamais imposée par le régulateur.

Basée à Wall Street à New York, Citigroup est la troisième plus grande banque américaine avec 2.000 milliards de dollars d’actifs. Elle opère dans une centaine de pays.

A cet égard, le groupe, dans les documents fournis, n’a pas atteint le degré de précision et de satisfaction «que nous attendons d’une banque d’importance systémique», a commenté Sam Woods, le directeur général de l’Autorité prudentielle de régulation, cité dans le communiqué.

«Des déclarations réglementaires précises de la part des entreprises sont vitales pour que la PRA remplisse (son) rôle» de supervision du secteur financier, a-t-il également souligné.

Les filiales Citigroup Global Markets Limited, Citibank N.A. London et Citibank Europe Plc UK, trois entités opérant au Royaume-Uni, sont particulièrement mises en cause.

Contacté par l’AFP, Citigroup a réagi en insistant sur le fait que «les problèmes identifiés relèvent du processus de déclaration et, tout au long de la période d’examen, les entités britanniques concernées sont restées au-dessus de leurs obligations de liquidité et de capital», comme le relève la PRA.

«Et en 2019, un important cabinet indépendant d’audit a confirmé que Citi avait remédié aux problèmes importants identifiés», a ajouté le groupe.

Cette coopération a ouvert la voie à une baisse de 30% de l’amende, sans quoi celle-ci aurait atteint 62,7 millions de livres.