Référendum contre l’accord de libre-échange avec l’Indonésie déposé

AWP

1 minutes de lecture

Le texte «Stop huile de palme» muni de près de 60’000 signatures a été déposé lundi à la Chancellerie fédérale.

Le référendum «Stop huile de palme» qui s’oppose à l’accord de libre-échange avec l’Indonésie a été déposé lundi à la Chancellerie fédérale. Le texte est muni de 59’200 signatures, qui doivent encore être avalisées.

L’Indonésie n’est toujours pas disposée à mettre en oeuvre des normes écologiques et sociales pour empêcher la destruction des forêts tropicales, écrit le comité référendaire. Une surface équivalant à 100 terrains de football est détruite chaque heure dans ce pays, selon la présidente des Jeunes socialistes Ronja Jansen.

Chaque année, un million d’hectares sont défrichés pour la monoculture de l’huile de palme, entre autres. Ce désert «vert» s’étend déjà sur près de 17 millions d’hectares, soit quatre fois la superficie de la Suisse et près de 10% de l’Indonésie.

Des lois et ordonnances doivent être mises en place pour les nouvelles concessions aux exploitations minières et d’extraction de charbon, les projets d’infrastructure, la cellulose et la sylviculture. A défaut, les conséquences sont dévastatrices pour le climat et l’environnement, les petits paysans et les peuples indigènes, estiment les référendaires.

Contrôles stricts exigés

Cet accord de libre-échange est «un contrat des puissants». Les belles promesses de durabilité qu’il contient ne valent pas grand-chose si des contrôles stricts ne sont pas garantis, poursuit Ronja Jansen.

Le «douteux» accord de libre-échange de l’AELE avec l’Indonésie n’apporte guère d’avantages significatifs à l’économie locale d’exportation. La Suisse ferait bien d’oeuvrer plutôt pour un commerce véritablement équitable et durable.

Pour Willy Cretegny, viticulteur bio et initiateur du référendum, les manifestations pour le climat qui ont rassemblé des milliers de personnes dans le monde doivent déboucher sur des véritables changements. Il faut produire et consommer autrement: «Nous devons respecter notre environnement dans sa globalité, c’est-à-dire la nature, les ressources, le paysage, les droits humains, le tissu social et économique».

Le Parlement a adopté le 19 décembre dernier l’accord liant la Suisse et l’Indonésie. Il prévoit des franchises douanières pour les produits échangés, huile de palme incluse. Le référendum a été lancé par le syndicat paysan Uniterre et Willy Cretegny. Le texte est soutenu par près de 50 organisations.

A lire aussi...