Place financière: offensive fédérale pour une finance durable et compétitive

AWP

1 minutes de lecture

Les autorités veulent optimiser le cadre réglementaire pour donner les meilleures conditions possibles au marché et approfondir les conditions générales suivantes.

La Suisse doit devenir un des principaux centres mondiaux de services financiers durables. Dans un rapport dévoilé vendredi, le Conseil fédéral esquisse des pistes pour y parvenir.

Selon lui, la finance durable est une grande chance pour la place financière suisse, mais il reste des efforts à faire pour sauvegarder les intérêts et la compétitivité suisse. Les autorités veulent optimiser le cadre réglementaire pour donner les meilleures conditions possibles au marché et approfondir d’ici à la fin de l’année les conditions générales suivantes.

Le secteur financier doit être transparent à l’égard de ses clients et publier systématiquement des informations comparables sur l’impact climatique et environnemental des produits financiers et des entreprises.

Cette transparence doit permettre de lutter contre l’écoblanchiment. La norme choisie en matière de reporting doit tenir compte des objectifs de développement durable définis dans le cadre de l’Agenda 2030.

Prix du risque

Il faut également évaluer le prix des risques financiers liés à l’évolution climatique et environnementale dans une perspective à long terme. Les activités à fort rejet de CO2 devraient être plus chères à financer si les risques sont correctement pris en compte.

La branche doit se distinguer par un personnel bien formé pouvant proposer des produits axés sur la réalisation effective des objectifs de développement durable. Dans les limites de ses compétences, la Confédération peut offrir son soutien. Le développement de labels de développement durable crédibles relève en revanche typiquement de la branche.

En combinaison avec les technologies numériques, le développement durable sur la place financière stimule l’innovation en permettant l’émergence de nouveaux modèles d’affaires. Ceux-ci relèvent en principe du secteur financier et de différents établissements.

Suivre la situation internationale

Les autorités et le secteur suivent de près les développements internationaux, notamment dans l’UE, afin de pouvoir réagir assez tôt pour maintenir la compétitivité helvétique. Il s’agit aussi de veiller à ce que la durabilité des services financiers suisses soit visible à l’échelle internationale.

Le pays s’engage systématiquement en faveur de marchés financiers durables dans le cadre d’initiatives internationales et au sein d’organismes comme le Conseil de stabilité financière et le G20. Les autorités entretiennent un dialogue étroit avec le secteur financier et d’autres milieux intéressés. Elles attendent du secteur des efforts en matière d’assurance-qualité et un engagement en faveur du développement durable.

A lire aussi...