La BCE fait un pas de plus pour verdir sa politique monétaire

AWP

1 minutes de lecture

La Banque centrale européenne va désormais accepter des obligations assorties de coupons annuels dont le niveau dépend d’objectifs de performance.

La Banque centrale européenne va accepter à partir de janvier une nouvelle catégorie d’obligations durables en garantie des prêts accordés aux banques, illustrant sa volonté de verdir sa politique monétaire.

Les BCE accepte déjà depuis des années des obligations vertes. Elle va désormais accepter des obligations assorties de coupons annuels dont le niveau dépend d’objectifs de performance, c’est à dire que leur coût de financement peut être majoré si l’objectif de développement durable n’est pas atteint.

Ces nouvelles obligations vertes «seront éligibles aux opérations de refinancement à partir de janvier», a précisé mardi la BCE dans un communiqué.

Les objectifs de développement durable évoqués par la BCE font référence à ceux visés par l’Union européenne ou les Nations Unies.

La présidente de la BCE, Christine Lagarde, a appelé en juin la Commission européenne à poursuivre son chantier en vue d’une nomenclature ou «taxonomie» permettant d’identifier les projets pouvant recevoir un label «vert» ou non, ce qui soulève encore des difficultés politiques.

La Française veut que le changement climatique ait une grande place dans la future stratégie de la politique monétaire de la BCE, un chantier lancé en début d’année et qui a été retardé pour cause de pandémie de nouveau coronavirus.

L’annonce du jour de la BCE pourrait néanmoins encourager à émettre de la nouvelle dette verte sur un marché déjà en forte croissance.

Selon une étude de la BCE datant de 2018, elle détenait déjà en portefeuille près de 20% des obligations émises en zone euro par des entreprises avec le label «vert».

A lire aussi...