Réaction du Bitcoin motivée par des considérations macro-économiques

Communiqué, 21Shares

1 minutes de lecture

Si le Bitcoin est, à court terme, susceptible de réagir aux nouvelles pressions déflationnistes, il continue d’offrir à long terme une couverture viable contre les dangers inflationnistes.

Le moment le plus important de la semaine dernière pour les marchés financiers a été l'annonce, le 3 mars, de la baisse du taux cible de la Réserve fédérale américaine de 1,50 - 1,75% à 1 - 1,25% en réponse à l'épidémie de coronavirus aux États-Unis. Une annonce à laquelle le Bitcoin a réagi de manière sensible tout comme l’ont fait les marchés de capitaux traditionnels, suivant la tendance de ces derniers liée la tourmente du Coronavirus. Alors que Bitcoin est un actif non corrélé à long terme, il semble subir l’impact de chocs macroéconomiques inattendus, qui obligent les gestionnaires de fonds à liquider leurs avoirs en actifs à risque, de la même manière que les actions ou les matières premières. Si le Bitcoin est, à court terme, susceptible de réagir aux nouvelles pressions déflationnistes, il continue d’offrir à long terme une couverture viable contre les dangers inflationnistes. 

Performance quotidienne du Bitcoin face aux changements des taux directeurs de la Fed

Source: Coin Metrics et Fed de St. Louis

Selon un rapport publié la semaine dernière par The Information, Facebook prévoit de revoir sa copie sur la Libra afin d'apaiser les inquiétudes réglementaires. La refonte implique que la Libra propose, en plus des jetons Libra, des versions numériques des devises soutenues par les gouvernements telles que le dollar américain et l'euro. Il semble peu probable que cette proposition, destinée à répondre aux craintes que la Libra usurpe l'hégémonie du dollar américain, soit suffisante pour faire taire les réticences des régulateurs mondiaux liés aux problèmes que posent la Libra en termes de droit de la concurrence, de conformité KYC et ALM.

Au cours de la dernière semaine, l'Inde et la Corée du Sud ont promulgué des lois visant à faciliter l'utilisation des crypto-actifs par les entreprises mettant ainsi fin aux interdictions en la matière. La Cour suprême d'Inde a ainsi annulé une ordonnance de la Banque Centrale d'avril 2018 qui interdisait aux banques de fournir des services aux sociétés de crypto-actifs tandis que l'Assemblée nationale de Corée du Sud a adopté un projet de loi fournissant un cadre pour les crypto-actifs et les entreprises. Les deux cas montrent que les législateurs sont disposés à interagir avec l'industrie des crypto-actifs, ce qui aidera sans aucun doute les entrepreneurs à développer des activités et relations avec cette dernière.

A lire aussi...