L'impact à plusieurs échelles sur la décorrélation de la stratégie de gestion

Emmanuel Terraz, Candriam

1 minutes de lecture

Protéger son portefeuille via des expositions vendeuses équivalentes en nominal aux positions acheteuses est efficace.

Sur une échelle de temps réduite, l’objectif est de limiter sa dépendance à des mouvements violents et localisés dans le temps. Un portefeuille qui cherche à limiter (ou annuler) son exposition nette en nominal, est particulièrement efficace dans ce type d’environnement. En effet, dans ces situations, tous les actifs tendent à se corréler les uns aux autres. Ainsi, protéger son portefeuille via des expositions vendeuses (short) équivalentes en nominal aux positions acheteuses (long) est efficace: les mouvements des deux poches deviennent semblables avec la corrélation sous-jacente, et l’impact sur le portefeuille reste très limité. Le calcul de stress tests est un bon moyen de vérifier la dépendance du portefeuille ainsi constitué par rapport à ces chocs violents.

Sur une échelle de temps plus longue, l’objectif est de limiter sa dépendance à des mouvements long terme du marché sous-jacent. Pour atteindre cet objectif, une simple couverture en delta ne suffit pas. Sur un horizon de temps plus important, les différences de sensibilité entre actions par rapport à leur marché vont se matérialiser. Avec la mesure du bêta, c’est-à-dire la sensibilité de chaque titre par rapport à son benchmark, il est possible de déterminer la sensibilité globale de son portefeuille. Ainsi, dans la construction de ses positions, le gérant doit chercher à garder un bêta très faible en valeur absolue pour limiter sa sensibilité long terme aux variations de son univers d’investissement.

Nous cherchons à comprendre les risques implicites
de chaque prise de position.

La singularité de l’approche d’investissement contribue aussi à une différenciation du portefeuille par rapport aux modèles conventionnels de gestion très représentés dans le marché. Pour notre part, nous conjuguons deux approches rarement combinées dans l’industrie.

Dans un premier temps, nous adoptons une approche méthodique et quantitative pour la détection des opportunités d’investissement:

  • Sur notre poche de trésorerie, les positions éligibles doivent répondre à des contraintes précises afin de ne pas ajouter de risque supplémentaire au portefeuille.
  • Dans notre gestion au quotidien, nous nous appuyons sur des processus et des modèles quantitatifs qui nous permettent de visualiser, de façon précise, les opportunités que nous souhaitons exploiter.

Dans un second temps, nous utilisons une approche fondamentale pour l’implémentation effective de nos stratégies. Nous cherchons à comprendre les risques implicites de chaque prise de position. Cela nous permet de valider ou non la position dans le contexte actuel et le cas échéant de  proposer une implémentation appropriée (couverture, nominal ,etc…).

Appliquer ces trois niveaux d’analyses sur nos propres fonds permet de vous proposer des solutions d’investissements décorrélées de l’environnement de marchés et de leurs évolutions à court et long terme, compléments indispensables dans ce contexte incertain, à l’approche conventionnelle de votre portefeuille.