Les néo-banques ont fait leur apparition sur le marché

Chris Thomas, Swissquote

1 minutes de lecture

Chronique blockchain.  La fintech a permis à la finance de franchir une étape, en remplaçant l’infrastructure bancaire traditionnelle par la blockchain.

Il y a à peine dix ans, le secteur bancaire était dominé par une poignée de grandes banques, telles qu’UBS et le Credit Suisse. Entre-temps, les néo-banques ont fait leur apparition sur le marché – parmi elles les deux grandes success-stories allemande N26 et britannique Monzo. Leur réussite, notamment auprès des jeunes générations, s’explique par le soin porté à l’expérience utilisateur, même si leurs produits étaient toujours conçus selon une infrastructure bancaire classique. La fintech et son cortège d’innovations ont permis au monde de la finance de franchir une autre étape, en remplaçant l’infrastructure bancaire traditionnelle par la blockchain.

Deux ans tout juste après sa création, la finance décentralisée (DeFi, en anglais), qui s’appuie principalement sur le protocole blockchain Ethereum, est en passe de créer un nouvel univers financier prometteur. La DeFi est un système électronique de pair-à-pair qui utilise les tokens et les blockchains pour permettre à quiconque d’émettre, de transférer ou de détenir des instruments financiers. La DeFi peut potentiellement répondre aux besoins du marché mondial, y compris à ceux des populations non bancarisées et sous-bancarisées. En outre, elle est bien plus transparente et rapide que les systèmes financiers traditionnels.

L’emprunt et le prêt font partie des principales utilisations de la DeFi. Si le prêt de pair-à-pair existe (avec un succès modéré) depuis une dizaine d’années déjà, les entreprises (auparavant innovantes) qui gèrent de telles plateformes prennent encore une journée entière pour évaluer l’emprunteur et statuer sur sa solvabilité, continuant à agir comme un tiers entièrement centralisé entre l’emprunteur et le prêteur.

L’univers de la DeFi se développe de façon exponentielle,
même s’il partait d’un niveau très bas.

La DeFi permet aux utilisateurs d’emprunter ou de prêter instantanément des actifs dans l’esprit des pratiques classiques, à une différence près, la blockchain. Cette technologie permet des transactions instantanées ET totalement transparentes, sans a priori.

Il est possible d’emprunter des monnaies fiduciaires traditionnelles (USD, CHF) ou des crypto-actifs tels que les bitcoins, et les prêts sont souvent surgarantis à environ 50% par les crypto-actifs détenus par l’emprunteur. Le taux d’intérêt que le client paie est directement versé au prêteur de ces actifs, après déduction des frais minimes alloués à l’utilisation de la plateforme et à la maintenance de la blockchain. Souvent, le prêteur est un détenteur de crypto-actifs à long terme qui souhaite les conserver pendant «une période significative» et qui les prête volontiers afin de recevoir un taux d’intérêt annuel potentiellement proche des 6%.

Des transactions et des structures plus complexes de la DeFi sont en cours de développement. Les experts de la finance décentralisée les plus intelligents (et vifs) peuvent tirer parti d’opportunités d’arbitrage en effectuant des transactions simultanément sur plusieurs plateformes de manière très rapide. Néanmoins, ces opportunités se feront rares, tout comme la volatilité actuelle qui est appelée à s’amoindrir à mesure que le marché arrive à maturité.

L’univers de la DeFi se développe de façon exponentielle, même s’il partait d’un niveau très bas. Les transactions instantanées, la transparence totale et la décentralisation du secteur bancaire sont autant d’atouts qui, espérons-le, feront partie de la société quotidienne dans un avenir proche.

A lire aussi...