Le risque de crédit devrait être contenu pour les banques françaises en 2020

S&P Global Ratings

1 minutes de lecture

Pour l’ensemble du secteur bancaire français, les pertes sur les crédits domestiques devraient tendre vers 25 points de base en 2020.

Les grandes banques françaises devraient contenir leurs pertes de crédit au cours des deux prochaines années, grâce à une exposition diversifiée en France et à l'étranger, à la faiblesse persistante des taux d'intérêt dans la zone euro et à l’abondance de liquidité.

Pour l’ensemble du secteur bancaire français, les pertes sur les crédits domestiques devraient tendre vers 25 points de base en 2020, en légère augmentation par rapport au point bas historique de 2018 (17 points de base en 2018 et 20 en 2019).

Néanmoins, la croissance de la dette privée française reste largement supérieure à celle du PIB national.  La forte concurrence entre banques et les taux bas réduisent les revenus d’intérêts des banques dans leurs activités domestiques.  Ainsi, les marges réalisées sur les prêts immobiliers sont bien plus faibles en France qu’ailleurs en Europe.

Nous estimons qu’il existe un risque que la faiblesse persistante des taux d'intérêt et la poursuite d’une stratégie positionnant le crédit immobilier comme un produit d’appel conduisent au final les banques à mal évaluer la tarification des crédits immobiliers, y compris pour couvrir leur base de coûts, déjà plus élevée que d’autres pairs européens.

Ce risque nous semble plus préoccupant que la seule détérioration de la qualité des actifs, et pourrait affaiblir la rentabilité d'une partie du système bancaire français.

A lire aussi...