Le dilemme des classes d'actions multiples

Communiqué, Solactive

1 minutes de lecture

Solactive a étudié, sous la houlette de Timo Pfeiffer, la relation entre l'émission de plusieurs classes d'actions et la performance à long terme d'une société.

Un article récent du Financial Times a décrit la structure des catégories d'actions multiples comme un défi pour les normes d'entreprises, car une action n'équivaut plus nécessairement à un vote1. D'autre part, la question de la satisfaction des actionnaires en mettant l'accent sur les prévisions de bénéfices trimestriels et, par conséquent, en adoptant une approche à court terme plutôt que d'évaluer le rendement à long terme a été débattue par Warren Buffett et Jamie Dimon2. Un facteur pouvant contribuer au rendement à long terme des sociétés est la structure des catégories d'actions.

Timo Pfeiffer, responsable de la recherche chez Solactive, a commenté: «Comme les classes d'actions multiples ont récemment attiré davantage l'attention des médias, nous, en tant qu'équipe de recherche, avons pensé que ce serait une excellente occasion d'approfondir le sujet et de voir dans quelle mesure les performances à long terme sont réellement affectées par la différence entre l'émission de classes d'actions et, par conséquent, soit la distribution des droits de vote, soit le fait de les laisser au sein de l'entreprise.»

Dans le blog de recherche «The Dilemma of Multiple Share Classes», Solactive a étudié la relation entre l'émission de plusieurs classes d'actions et la performance à long terme d'une société en construisant un portefeuille composé de sociétés pondérées par la capitalisation boursière avec plusieurs classes d'actions offrant des droits de vote différents aux Etats-Unis.

 

1. Attracta Mooney & Robin Wigglesworth, (2018), Google, Facebook and Snap Challenge Governance Standards, Financial Times 
2. Jamie Dimon & Warren E. Buffett, (2018), Short-Termism Is Harming the Economy, The Wall Street Journal